Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Icon Facebook Icon Twitter Icon LinkedIn
Bouton Newsletter TS
Jeudi 26 Octobre 2006 à 00:00

RFI entame une réforme de ses antennes, contestée par les syndicats

Le PDG de Radio France Internationale (RFI) Antoine Schwarz a présenté mercredi une nouvelle organisation de cette radio publique destinée à l'étranger, tandis qu'un mouvement syndical perturbait les émissions, les syndicats craignant que la réorganisation des rédactions ne cache un "plan social".

Selon une réforme adoptée en octobre, les programmes en français de RFI, qui a pris pour devise "Toute la diversité du monde", seront déclinés différement selon qu'ils s'adressent à l'Afrique ou au reste du monde. Il y aura donc une antenne "Afrique" et une antenne "Monde", tandis que la radio se propose de développer le multimédia pour en faire une antenne à part entière. Selon Antoine Schwarz, RFI va adapter son organisation pour "se muer progressivement en entreprise multimédia". A cet égard, les rédactions seront réparties selon huit pôles, quatre géographiques (Afrique, Amérique-Proche-Orient-Asie, Europe, France) et quatre thématiques (sports, culture, économie, sciences).

D'autre part, RFI, qui dispose de 19 rédactions en langues étrangères, indique qu'elle continuera à travailler en 19 langues, mais avec un "repositionnement" de chaque rédaction. La grande majorité des rédactions (albanais, anglais, arabe, bulgare, cambodgien, créole, laotien, chinois mandarin, persan, polonais, portugais, roumain, russe, langues slaves du sud -serbe et croate-, turc et vietnamien) verront leur programmation "modifiée". "Certaines langues vont basculer sur internet", notamment le turc.

Antoine Schwarz, qui disposera pour 2007 d'un budget de 126 millions d'euros, a souligné que son budget était en diminution par rapport à 2006 (127,988 M EUR), en raison notamment d'une diminution de la dotation du ministère des Affaires étrangères, qui s'ajoute dans le budget de la radio à celle qui lui revient sur la redevance. A la direction, on précise que la progression du budget de RFI depuis 1997 est la plus faible de toutes les sociétés de l'audiovisuel public.

Cette diminution du budget, ajoutée à la réorganisation des rédactions, ont amené les syndicats à redouter un "plan social déguisé". A l'iniative du SNFORT (Syndicat national Force ouvrière de la Radio et de la Télévision) de RFI un arrêt de travail de 24 heures a perturbé mercredi les programmes en français. D'autres syndicats, notamment la CGT et la CFDT, ont déposé des préavis de grève, la CGT pour le 29 octobre, la CFDT pour le 6 novembre, avec une durée indéterminée.

Antoine Schwarz a assuré qu'il n'y avait "pas de plan social" et "pas de déguisement" d'un tel plan. "Le nouveau positionnement de RFI nous permet de travailler avec les autres acteurs de l'audiovisuel extérieur", a souligné Antoine Schwarz, précisant qu'il était en négociation avec la future chaîne internationale France 24 pour d'éventuels partenariats. Pour FO, en revanche, RFI "se trouve fragilisée et marginalisée au sein du pôle de l'audiovisuel public et, n'étant plus en mesure d'assumer toutes les missions qui font son identité, se retrouve en concurrence avec des sociétés qui devraient être ses partenaires".

Le syndicat dénonce "l'isolement de RFI au sein des sociétés qui constituent le nouveau pôle de l'audiovisuel international français".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public