Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Icon Facebook Icon Twitter Icon LinkedIn
Bouton Newsletter TS
Jeudi 9 Novembre 2006 à 00:00

Le spectre de Berlusconi dans la télé nationale hante déjà l'Allemagne

La perspective de l'arrivée dans le paysage audiovisuel allemand de Silvio Berlusconi, relancée par l'annonce des vues de son groupe de télévision Mediaset sur ProSiebenSat.1, commence à faire des remous dans un pays qui avait déjà fermé ses portes au Cavaliere il y a quatre ans.

"Berlusconi jugule dans ses médias le journalisme critique et indépendant", a réagi mercredi le président de Fédération allemande des journalistes (DJV), Michael Konken. Sur la scène politique, à gauche comme à droite, des premières voix hostiles à Mediaset, se sont élevées. "Ma confiance dans le groupe Mediaset est très limitée", a ainsi déclaré au quotidien allemand Handelsblatt de mercredi le chargé des questions économiques du groupe parlementaire social-démocrate (SPD), Rainer Wend. A droite, la réaction n'est pas plus chaleureuse. "Je suis très inquiet que, en cas d'un rachat par Mediaset, on arrive à une baisse de qualité dans la télévision privée allemande", a mis en garde le chargé des médias du groupe parlementaire CDU/CSU (droite), Wolfgang Börnsen.

Pourtant rien n'est fait. Mediaset a simplement indiqué mardi que son conseil d'administration avait décidé de déposer une offre de reprise, sans engagement ferme, pour les 50,5% du capital détenus par un holding d'investisseurs financiers réunis autour du milliardaire israélo-américain Haïm Saban. Le groupe italien, détenu par la holding de M. Berlusconi Fininvest, n'est sûrement pas le seul sur les rangs: d'après la presse, la plupart des grands noms des fonds d'investissement seraient candidats aussi, ainsi KKR, Permira, Apax Partners ou encore Goldman Sachs. Ce qui rend un peu déplacées les appréhensions du DJV que Mediaset "ne soit intéressé qu'à la maximisation du profit".

Mais de tous ces candidats, Mediaset est sans doute le seul à avoir déjà tenté sa chance il y a quelques années, et essuyé une rebuffade de la part du chef du gouvernement en personne. Sur fond de démantèlement de l'empire des médias de Leo Kirch, Mediaset avait déjà en 2002 exprimé son intérêt pour ProSiebenSat.1. Mais "je crois que cela n'irait pas sans poser de problèmes", avait réagi le chancelier Gerhard Schröder, estimant qu'il fallait "une séparation crédible des affaires et de la politique". Entre-temps le poids politique de Silvio Berlusconi a nettement baissé.

Contraignant les commentateurs allemands à se réfugier derrière l'argument de la qualité de la programmation pour justifier des réticences qui visent en réalité bien le personnage lui-même. L'arrivée de Mediaset "ne serait une bonne nouvelle que pour les femmes au foyer à tendance exhibitionniste" pour un éditorialiste du journal Münchner Merkur. Son confrère du Badische Zeitung craint l'irruption "d'encore plus de bêtises et de poitrines tressautantes" sur les écrans. Mais après tout "l'Italien n'a pas de droit de regard en Allemagne sur les dispositions légales qui lui ont donné un énorme pouvoir médiatique en Italie", tempère le journal Kölnische Rundschau.

Et au moins "ce n'est pas un missionnaire politique comme l'Australien Rupert Murdoch, qui répand ses idées réactionnaires par câble et satellite à travers le monde", se console la Badische Zeitung. Axel Springer, le deuxième plus gros actionnaire de ProSiebenSat.1 avec 12% du capital, n'a pas d'états d'âme à l'égard de l'ex-président du Conseil italien. "Il faut accepter le fait que nous agissons sur des marchés internationaux", a commenté mercredi son patron Mathias Döpfner, qui n'a pas encore pris de décision quant à la cession des titres détenus par le groupe.

Néanmoins "il est clair qu'il y a des différences subjectives dans l'appréciation" des différents candidats, a-t-il ajouté.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public