Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Icon Facebook Icon Twitter Icon LinkedIn
Bouton Newsletter TS
Dimanche 12 Novembre 2006 à 00:00

Iran: depuis Amsterdam, Radio Zamaneh oeuvre à la diversité des médias

Studio, salle de rédaction, administration...

Radio Zamaneh a tout d'une petite station locale dynamique, mais elle émet en farsi depuis Amsterdam, voulant participer à la diversité médiatique en Iran car, sans cela, "pas de démocratie". "La diversité des médias est un pré requis pour la démocratie", dit Pantea Modiri, juriste et porte-parole, résumant la mission que s'est assignée Radio Zamaneh. Emettant depuis août par internet, et depuis septembre par satellite et en ondes courtes, Radio Zamaneh s'est établi à Amsterdam dans des locaux modernes mis à sa disposition, et équipés afin de produire des émissions de qualité.

"En Iran, il y a une ligne rouge, que les rédactions ne doivent pas franchir", explique Neda, une jeune journaliste, évoquant les différents médias trop progressistes aux yeux de Téhéran, "qui sont sans cesse menacés d'être fermés". "Ici le travail est plus professionnel et nous n'avons pas à nous conformer à cette ligne", poursuit-elle. Radio Zamaneh n'hésite pas évoquer des sujets à éviter à Téhéran, tels que les exécutions de mineurs, les lapidations ainsi que les droits de la femme, les tabous sociaux. Pourtant Radio Zamaneh évite de se profiler comme une radio d'opposition.

"Nous voulons présenter l'actualité telle qu'elle est, le plus objectivement possible", assure Mme Modiri. "En Iran, 70% de la population a moins de 30 ans. Ces jeunes n'ont rien connu d'autre que la révolution islamique et la répression. Ce qu'ils veulent, c'est la liberté sociale, être au courant de ce qui se passe en dehors de l'Iran, et pas nécessairement une nouvelle révolution", explique-t-elle. C'est l'ONG néerlandaise Press Now, une organisation qui soutient les projets de presse dans les "pays en transition", qui a porté Radio Zamaneh sur les fonds baptismaux en aidant à la formation des journalistes et en y injectant "un petit trois millions" d'euros pour lui permettre de fonctionner jusque fin 2007, selon son directeur Wilco de Jonge.

Il ne voit pas non plus Radio Zamaneh comme un outil d'opposition, car "une bonne information n'est pas un acte d'opposition, ce devrait être la norme", dit-il. L'ambassade d'Iran à La Haye "connaît l'existance" de la radio et est en contact avec Press Now. "Nous leur avons délivré des visas pour organiser des stages de journalisme à Téhéran", souligne un porte-parole. Cependant, l'ambassade ne fait "pas de commentaires" sur Radio Zamaneh et ne s'est pas rendue à la fête d'inauguration, "car c'était le ramadan". Radio Zamaneh diffuse de la musique, des interviews et entretiens avec des intellectuels, des bulletins d'informations et des débats.

"Nous sommes également ouverts aux opinions plus conservatrices, mais généralement les traditionalistes n'osent pas passer sur notre radio", par peur d'être mal perçu par le régime. Selon un sondage réalisé en septembre, un mois après son lancement, le site internet de la radio avait déjà été visité plus de 150.000 fois, selon Pantea Modiri. "Nous évoquons bien sûr l'Iran, mais nous sommes intéressés par tout ce qui touche le Proche et le Moyen Orient, comme la politique américaine en Irak ou en Afghanistan", indique Arash, journaliste, consultant les agences de presse en vue du prochain bulletin.

La radio emploie une quinzaine de journalistes iraniens, formés au métier sous l'égide de Press Now. "Il retournent régulièrement en Iran. Nous trouvons que c'est important pour garder le contact avec la réalité iranienne", explique Mme Modiri.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public