Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 4 Janvier 2001 à 00:00

Crise à la télévision tchèque: le directeur général hospitalisé

L'hospitalisation du nouveau directeur général de la télévision tchèque Ceska Televize (CT), contesté par les journalistes, pourrait imposer un nouveau tournant au conflit qui secoue la chaîne publique depuis deux semaines.

M. Hodac, 53 ans, a été hospitalisé d'urgence jeudi 4 janvier en fin de la matinée à l'hôpital de Prague-Motol, dans un "état très grave", a affirmé à l'AFP la directrice du département des informations, Jana Bobosikova. "Malheureusement je ne peux pas vous donner en ce moment plus de détails, mais son état est vraiment très grave", a-t-elle indiqué en pleurs. "Aucun diagnostic n'était encore établi" en début d'après-midi, a indiqué un médecin de l'hôpital de Prague-Motol. Il n'a pas pu confirmer l'information donnée par Mme Bobosikova à l'AFP, selon laquelle le directeur général de la CT était "selon toute probabilité" victime d'un malaise cardiaque.

Des rumeurs sur une "maladie diplomatique" ont commencé à circuler à Prague peu après l'annonce de l'hospitalisation de M. Hodac, dont l'élection à la tête de la CT, le 20 décembre dernier, a provoqué au sein de cette télévision un conflit aux prolongements politiques de plus en plus marqués. Réunis en "comité de crise", les journalistes de CT refusent depuis près de deux semaines de quitter les studios de la chaîne et réclament la démission immédiate de M. Hodac, qu'ils accusent de liens étroits avec le Parti démocratique civique (ODS droite) du chef de la Chambre des députés, Vaclav Klaus.

Mercredi, entre 60.000 et 100.000 personnes ont manifesté leur soutien aux journalistes protestataires à Prague, sur la place Venceslas, théâtre des manifestations massives contre l'ancien régime communiste lors de la "révolution de velours" de novembre-décembre 1989. Un porte-parole des contestataires, Adam Komers, a remercié à cette occasion les téléspectateurs pour leur "soutien à la liberté d'expression", ajoutant que plus de 130.000 Tchèques avaient déjà signé des pétitions pour soutenir l'action des journalistes rebelles. Ces derniers réclament également la démission du Conseil de la CT, organe nommé par la Chambre des députés et habilité à élire et à destituer le directeur général.

M. Klaus a déclaré jeudi l'état d'"urgence législative" qui permettra à la Chambre des députés de voter entre le 8 et le 12 janvier la nouvelle loi sur la CT, dont le projet avait été adopté la veille par le gouvernement. L'adoption de ce texte mettrait automatiquement fin au mandat du Conseil de la CT dans sa composition actuelle, dominée par des personnalités proches de l'ODS et du Parti social-démocrate (CSSD) du Premier ministre Milos Zeman. La loi sur la télévision en préparation prévoit que le conseil de la CT passera de 9 actuellement à 15 membres, plus représentatifs des usagers de la chaîne. Liés depuis 1998 par par un "pacte de stabilité" (dénoncé par l'opposition comme une alliance contre nature), l'ODS et le CSSD disposent à l'heure actuelle d'une confortable majorité qualifiée de 137 des 200 parlementaires de la chambre basse.

M. Zeman, de son côté, s'est cependant déclaré mercredi partisan d'un départ de M. Hodac, qui, selon lui, a "commis des erreurs grossières". Les commissions de la Chambre des députés chargées des media et de la culture se sont réunies jeudi à Prague, afin de se pencher sur le conflit à la CT, et de préparer les dossiers pour les débats de vendredi de la chambre basse.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution