Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 5 Janvier 2001 à 00:00

Mme Cotta satisfaite de l'an 2000 de France 2

Michèle Cotta, directrice générale de France 2, s'est déclarée "satisfaite" dans un entretien à l'AFP du bilan de l'année 2000 en matière de programmes, malgré la panne d'"access prime-time" de la chaîne publique.

"Cela faisait longtemps que l'on n'associait plus France 2 au mot réussite. C'est le cas cette année, notamment en matière de production audiovisuelle et de magazines, et c'est à marquer d'une pierre blanche", a déclaré Mme Cotta. "Notre part d'audience est stable à 22,1%, malgré le nouveau panel de Médiamétrie (qui inclut les chaînes du câble et du satellite) très défavorable aux grandes chaînes généralistes, mais le nombre de téléspectateurs a augmenté, avec un taux de pénétration de 3%", a-t-elle remarqué.

"Sur les quatre derniers mois de l'année, nous avons été premiers en soirée à 27 reprises, contre 19 fois sur la même période de 1999", a-t-elle ajouté. "Ce n'est pas pour revendiquer une course à l'audience à tout prix, mais nous voulons néanmoins rester l'autre grande chaîne généraliste" face à TF1. Deux bémols viennent tempérer l'enthousiasme de France 2. L'access prime-time, tranche horaire qui va de la fin de l'après-midi à 20 heures, et le journal de 13 heures, tous deux remodelés à la rentrée de septembre, n'ont pas donné les résultats escomptés. "Pour nous, l'access est très difficile", reconnaît Mme Cotta. "D'un côté on a le 19-20 de France 3, une chaîne du même groupe que nous qui fait sa meilleure audience à ce moment-là et qu'on ne peut pas trop attaquer. Et de l'autre, on a le +Bigdil+ de TF1, attaquable mais très fort".

L'expérience Julie Snyder n'ayant pas porté ses fruits, c'est à Nagui que reviendra le soin de dynamiser la tranche, dès le 22 janvier. Programmé à 18H20, "un horaire plus protégé, avant le +Bigdil+, nous lui laisserons le temps de se rôder", assure Mme Cotta. Quant à Julie Snyder, "qui a peut-être été mise trop vite en access, c'est quelqu'un que j'aime beaucoup. On va la revoir et ça va marcher", promet-elle. Le journal de 13 heures, présenté par Gérard Holtz et à l'audience décevante, ne connaîtra en revanche pas de changement "structurel" dans l'immédiat. "Il ne faut pas se précipiter. Nous ferons un bilan en juin et pas avant. Je continue à aimer cette formule, plus vivante que la précédente".

Pour la directrice générale de France 2, les réussites sont du côté de la production audiovisuelle et des magazines. "La fiction est le coeur de la vie audiovisuelle. Nous l'avons illustré cette année dans tous les domaines. Nous avons investi 900 millions de francs dans la production en 2000 et investirons plus d'un milliard en 2001". "Nous avons également constaté que les fictions télévisées peuvent donner lieu à des rediffusions réussies. Par ailleurs, nous avons créé avec +Un gars, une fille+ une série culte et une nouveau genre de fiction", note-t-elle. Mme Cotta se félicite également du "succès de tous les nouveaux magazines de première ou deuxième partie de soirée, notamment le spécial +Union libre+ de Christine Bravo".

L'an prochain, France 2 compte proposer une "grande émission mensuelle" à Bernard Pivot, tandis que Pascal Sevran, privé de "Chance au chansons", se verra notamment confier "un talk-show d'été en huit émissions". "C'est cette bonne santé de la chaîne -- qu'on a noté aussi au niveau social --, qui nous donne l'assurance dêtre présents dans tous les secteurs de développement", soutient Mme cotta. "Notre chaîne info, moins parisienne que LCI et moins expérimentale que i-télévision, devrait être lancée au premier trimestre 2002".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution