Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 18 Janvier 2007 à 00:00

La visite de Brown en Inde accaparée par la polémique sur "Big Brother"

La visite en Inde du ministre britannique des Finances Gordon Brown, destinée à affûter sa stature internationale, a été accaparée jeudi par la controverse autour d'une émission de télé-réalité en Grande-Bretagne, accusée de racisme envers une actrice indienne.

Après Bangalore (sud) mercredi, M. Brown espérait à New Delhi discuter diplomatie et commerce avec le Premier ministre Manmohan Singh et son homologue Palaniappan Chidambaram. Mais au cours de sa conférence de presse, M. Brown a été interpellé sur "l'affaire Shilpa Shetty", du nom d'une starlette de Bollywood de 31 ans, l'une des co-locataires de "Celebrity Big Brother", une émission de télé-réalité de Channel 4 en Angleterre. Dans ce programme, les participants sont filmés dans un appartement 24 heures sur 24, chacun cherchant à éliminer les autres pour gagner le jeu.

Mais Shilpa Shetty s'est faite traiter de "chienne" et de "c...e" par ses co-locataires tandis que son allure sophistiquée et son accent indien ont été moqués. Ses camarades de chambrée ont critiqué sa cuisine ou lui ont demandé si elle "habitait dans une cabane". Confronté à des milliers de "plaintes" en Grande-Bretagne et à la mobilisation des médias en Inde pour cette histoire de xénophobie présumée, M. Brown a assuré que son pays luttait "contre toute forme de racisme et d'intolérance". "Je veux que la Grande-Bretagne soit considérée dans le monde comme un pays d'équité et de tolérance", a-t-il plaidé.

La colère déclenchée par cette émission n'aura pas d'incidence sur les relations entre l'Inde et son ancienne puissance coloniale, a dû dire M. Brown. Cet épisode "n'a pas entaché les liens entre les deux gouvernements et peuples d'Inde et du Royaume-Uni", a assuré le ministre Chidambaram. Le voyage de trois jours de M. Brown, son premier en Inde, est centré sur les échanges commerciaux mais, pour des analystes, il s'agit surtout de se montrer à l'étranger. Mais les médias indiens n'ont que faire du fond de la visite du chancelier de l'Echiquier et relaient largement la tempête "Big Brother". La polémique nourrit les journaux "people" et des télévisions passent en boucle des extraits où la belle Shilpa Shetty est chahutée.

Dans l'Etat indien du Bihar (est), 50 excités ont brûlé des poupées à l'effigie des producteurs de Chanel 4, ont montré des télévisions. A Bombay, au coeur de l'industrie du cinéma de Bollywood où Shilpa a tourné 40 films, des acteurs et producteurs l'ont défendue mais l'ont décrite aussi comme une "fille coriace". "J'espère que ce n'est pas un coup de pub. Si c'est un truc publicitaire, c'est complètement stupide", a ainsi jugé le producteur Kunal Kohli. L'actrice a touché "une rançon royale" de 350.000 livres sterling pour rester enfermée dans l'appartement de "Big Brother", a rappelé l'éditorial du journal Hindustan Times.

"Et nous ne sommes pas moins racistes en Inde", n'a pas manqué de souligner le quotidien, tout en dénonçant le racisme "affleurant" de l'émission. L'Inde réagi souvent au quart de tour sur les questions de racisme. Début 2006, le ministre du Commerce Kamal Nath avait vertement condamné des propos teintés de xénophobie tenus en France, lors de la bataille en Bourse entre les géants de l'acier Arcelor et Mittal Steel, propriété de l'Indien Lakshmi Mittal. L'appétit des médias pour "l'affaire Shetty" est "compréhensible", analyse le diplomate à la retraite Krishna V. Rajan.

"Mais il y a évidemment un vrai risque de disproportion face aux réelles opportunités de la très, très importante visite de Gordon Brown, censé succéder à Tony Blair", a conclu M. Rajan.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution