Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 8 Janvier 2001 à 00:00

Les supports numériques enregistrables taxés dés aujourd'hui, lundi 8 janvier

La ministre de la culture et de la communication, Catherine Tasca, a confirmé le mode de taxation des supports numériques (CD, DVD, mini disques, etc), conformément à la demande formulée depuis plusieurs années par les éditeurs phonographiques.

Dans un communiqué, elle dit insister "sur le fait que ce n'est pas une mesure qui légitime le piratage". "Pirater, ce n'est pas copier pour son usage personnel des oeuvres acquises légalement", dit-elle.

La ministre a ajouté que "le code de la propriété littéraire et artistique prévoit que 25% des sommes collectées doivent être utilisées pour des actions d'intérêt général". "C'est donc aussi une mesure en faveur de la diversité culturelle qui favorise le renouvellement de la création", souligne Mme Tasca.

Cette taxe (fixée à un taux horaire de 3 F pour le support audio) sera de 3,70 F pour les CD audio et mini disques vierges (d'une durée de 74 minutes). Elle sera de 16,50 F pour les DVD (disques video numériques), au taux de rémunération horaire de 8,25 F.

Pour les CDR Data (disques numériques enregistrables tous usages), la taxe sera de 2,15 F. Au passage, la redevance sur les cassettes vierges enregistrables passe de 1,50 F à 1,87 F pour un support d'une heure.

Celui des cassettes video analogiques de 2,25 F à 2,80 F. Le décret d'application de cette redevance, dont le principe a été annoncé le 22 décembre 2000, devrait être publié au Journal officiel, dimanche ou mardi, indiquait-on de source proche du dossier (le JO ne paraît pas le lundi).

Le principe de cette taxe a été pris par la Commission indépendante créée en 1998, réunissant l'ensemble de la filière musicale (producteurs et éditeurs phonographiques, industriels, représentants des consommateurs, ayants droit...). La commission a simplement étendu aux supports numériques le champ d'application de la loi de 1985 sur les droits voisins, dite "Loi Lang", votée à une époque où les nouvelles technologies n'existaient pas. Il restait à la commission de préciser le montant de la taxe, ce qui a été fait au cours d'une ultime réunion jeudi.

L'application de cette taxe est l'aboutissement de longues négociations entreprises depuis l'apparition des nouveaux supports numériques enregistrables, considérés comme une grave menace par les producteurs phonographiques. Les producteurs français évaluent à "plusieurs milliards de francs" le manque à gagner sur deux ans provoqué par les effets conjugués de la copie privée et du téléchargement.

Il s'est ainsi vendu en France en 2000 quelque 200 millions de CD vierges (8 F pièce), un chiffre largement supérieur à celui des disques "traditionnels" qui était de 155 millions en 1999 (dont 114 millions albums, au coût moyen de 120 F, et 36 millions "singles", au coût public d'environ 25 F).

Les producteurs de disques réclamaient une taxe équivalente à deux euros (13 F). Le forfait retenu est loin de leurs exigences mais c'est un "moindre mal", selon les éditeurs phonographiques. Mais ils font contre mauvaise fortune bon coeur en faisant valoir que la décision française est une première européenne : "Toute l'Europe attendait la décision française pour renégocier", a indiqué à l'AFP Marc Guez, directeur général de la Société civile pour l'exercice des droits des producteurs phonographiques (SCPP).

Quant aux consommateurs qui, fin décembre, dès l'annonce de la prochaine entrée en vigueur de la taxe, s'étaient précipités dans les magasins pour faire des provisions de disques vierges, ils en seront vraisemblablement pour leurs frais. Un des membres de la commission a indiqué à l'AFP que les fabricants de supports absorberont vraisemblablement le renchérissement provoqué par la taxe. "En raison de la baisse des coûts de fabrication, il y a même de fortes chances que les CD vierges baissent encore dans les semaines qui viennent", faisait-il remarquer.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution