Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 25 Janvier 2007 à 00:00

Lagardère ferme des titres et supprime des postes face au défi du numérique

Le pôle médias de Lagardère a annoncé jeudi un plan sur trois ans visant à faire de lui le "leader dans la génération de contenus" notamment numériques, plan qui prévoit la fermeture de magazines et la réduction de 7 à 10% de ses effectifs mondiaux.

Entre 693 et 990 postes devraient donc être supprimés dans le monde, dont 245 à 350 sur 3.500 en France. Lagardère a dévoilé devant ses investisseurs la stratégie de son nouveau pôle médias, Lagardère Active Media (LAM), issu de la fusion en septembre de ses activités presse écrite (Hachette Filipacchi Médias) et audiovisuelles (Lagardère Active). En créant cette nouvelle entité au chiffre d'affaires combiné de 2,2 milliards d'euros en 2005, Arnaud Lagardère voulait "relever le défi du numérique". Il en d'ailleurs confié les rênes à un homme issu des télécoms: Didier Quillot, ancien PDG d'Orange France.

Le groupe se donne pour ambition de devenir d'ici trois ans le "leader mondial dans la génération de contenus", notamment en "poussant les feux sur internet". Depuis plusieurs mois, Arnaud Lagardère martèle que les journalistes de son groupe ne peuvent plus se contenter d'écrire pour un magazine mais doivent devenir des producteurs de contenus destinés à être utilisés sur plusieurs supports. Confronté à une baisse de la diffusion de la presse magazine, Lagardère va, dans un premier temps, mettre en oeuvre une "politique de rationalisation de son portefeuille d'activités", qui devrait conduire à la suppression de 7 à 10% des effectifs suivant les pays, sur un total de 9.900 dans le monde.

Ces suppressions se feront "sans licenciement sec", avec "un plan de départs volontaires et accompagnés", a précisé le groupe. Des comités d'entreprise des différentes entités du groupe devaient avoir lieu ce jeudi. La rationalisation du portefeuille - destinée à générer 70 millions d'euros d'économies en année pleine d'ici fin 2009 - va se traduire par la fermeture de titres et la cession de certaines activités, comme des actifs dans la presse régionale en France. Le groupe, qui se présente comme le premier éditeur mondial de presse magazine avec 259 titres comme Télé7 Jours, Paris-Match, Elle ou Car and Driver, n'a pas précisé quels titres étaient menacés. Mais il a indiqué qu'il s'agirait de magazines "combinant généralement une croissance des ventes négatives et des pertes d'exploitation" et que les "titres en lancement" ne seraient pas concernés. D'autres, notamment en France, seront "renouvelés" en 2007.

Ainsi le mensuel Choc pourrait passer en "formule hebdomadaire". La version imprimée de Télé 7 jours sera "complétée" par une "dimension web", tandis que le groupe étudiera "une amélioration de la politique éditoriale de Paris-Match". Par ailleurs, certaines implantations internationales, "trop petites ou insuffisamment rentables", seront cédées pour être remplacées par des accords de licence. Le groupe, présent dans une quarantaine de pays, veut se concentrer sur les zones où il est déjà en position de force: Europe de l'Ouest, Etats-Unis, Asie... et particulièrement en Russie et en Chine, où des lancements de titres sont prévus.

Il est resté vague sur sa stratégie dans l'audiovisuel mais compte surtout se développer fortement dans le numérique, qui devrait représenter 5 à 10% de ses revenus à l'horizon 2010, contre 1% en 2006. "Avant la fin de l'année, nous aurons développé une centaine de sites web", a-t-il indiqué, précisant être "ouvert à des acquisitions" pour accroître son audience.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution