Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 20 Janvier 2001 à 00:00

"Thérèse et Léon", un film sur Léon Blum

Léon Blum, grande figure du socialisme, n'avait pas encore été mis en scène dans une fiction télévisée. Le réalisateur suisse Claude Goretta a réussi cette gageure dans "Thérèse et Léon", magnifiquement interprétés par Dominique Labourier et Claude Rich.

Ce film de télévision sur le couple de Thérèse et Léon Blum au printemps 1936 est diffusé sur France 3 ce soir 20 janvier à 20H50. Claude Goretta avait déjà réalisé pour cette chaîne "Le dernier été" sur Georges Mandel, également écrit par Jean-Michel Gaillard, auteur de nombreux ouvrages d'histoire et d'essais notamment sur Jules Ferry. Jean-Michel Gaillard, qui a dirigé Antenne 2 de 1989 à 1991, publiera au printemps prochain "Blum dans l'antichambre du pouvoir".

Défini par son interprète Claude Rich comme "un homme honnête dans toute l'acception du terme", Léon Blum forme avec sa deuxième femme Thérèse, un couple "à parité", sans loi ni quota. Physiquement, Claude Rich s'est coulé dans le personnage au visage fin, avec petites lunettes et chapeau noir, la silhouette nonchalante de l'intellectuel conscient de sa vulnérabilité, taraudé par le doute, et aussi le tribun qui emporte l'adhésion populaire.

"Nous avons voulu faire revivre cet homme qui a permis au socialisme républicain, dont Jaurès fut l'initiateur, de traverser le siècle", souligne Jean-Michel Gaillard. Il dépeint Blum comme un "Janus" conjuguant "la hauteur de vue d'un intellectuel libre et les exigences contradictoires de l'action politique". Thérèse, explique la comédienne Dominique Labourier, "le pousse, le protège et le moque", se fait "le miroir dans lequel il se regarde et s'assure".

Elle est le "personnage métaphore de cette époque". Peu enthousiaste à se lancer dans la bataille des élections de 1936, l'humaniste laïque qui avait dénoncé dès le congrès de Tours (1920) le communisme version bolchevique est sans cesse soutenu par sa femme, qui se situe à la gauche de la SFIO. Claude Rich souligne la concomitance entre la montée du Front populaire et le début de la fin de son amour, puisque sa femme est atteinte d'un cancer qui l'emportera. Du second tour des élections de 1936 à la constitution du gouvernement entre fin avril et début juin, "Thérèse et Léon" est un condensé de la vie de Blum. Ce n'est plus "le dandy proustien d'avant 1914", selon Jean-Michel Gaillard, même si devenu président du Conseil, il avoue s'être "donné plus de mal à (s')écarter du pouvoir que d'autres en ont mis à s'en rapprocher".

Après avoir été attaqué physiquement par les "camelots du roi" (extrême droite antisémite), il est en butte aux grands intérêts économiques affolés par les lois sociales qu'il fait voter à l'Assemblée (congés payés, semaine de 40 heures, nationalisations, grands travaux, régimes de retraite). Jean-Michel Gaillard a "gardé l'esprit" des discours de Blum, l'éloquence parlementaire de l'époque n'étant plus adaptée.

Léon Blum, face au patronat qui sabote et aux radicaux qui le lâchent, ne veut pas aller à l'épreuve de force. Il sera déporté par les Allemands en 1943 et mourra en 1950.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution