Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 16 Février 2007 à 00:00

Alain Duhamel prié de se taire sur France Télévisions et RTL pour la campagne

L'éditorialiste politique Alain Duhamel a été prié de se taire jeudi jusqu'à la fin de la campagne électorale sur les antennes de France Télévisions et a dû suspendre sa chronique quotidienne sur RTL, pour avoir exprimé son soutien à François Bayrou pour la présidentielle.

Alain Duhamel "n'interviendra plus sur les antennes de France Télévisions jusqu'à la fin de la campagne électorale", a annoncé jeudi France 2 dans un communiqué, arguant des "principes d'indépendance et de neutralité". Il "ne participera pas à l'émission +A vous de juger+ avec François Bayrou programmée ce jeudi 15 février", a précisé la chaîne, quelques heures avant l'émission animée par Arlette Chabot, où le journaliste devait interroger le candidat UDF. M. Duhamel "a pris position en faveur de la candidature de François Bayrou lors d'une réunion organisée à l'Institut d'études politiques de Paris en novembre dernier, dont des extraits sont diffusés sur internet", explique la chaîne.

Moins de deux heures plus tard, RTL annonçait dans un communiqué que la radio avait décidé, d'un commun accord avec Alain Duhamel, d'interrompre, pendant le temps de la campagne électorale, l'éditorial quotidien du journaliste à 7H40. "Cette décision est motivée par le début de polémique engendrée par la prise de position pour un candidat exprimée par Alain Duhamel en novembre 2006, à l'occasion d'un débat devant des étudiants de Sciences Po", précisait la radio.

Alain Duhamel, 66 ans, a fait savoir à l'AFP qu'il ne souhaitait "pas réagir pour l'instant" à la décision de France 2 et qu'il partait pour des vacances prévues de longue date. Il devait auparavant être l'invité du journaliste politique Jean-Michel Apathie, vendredi matin sur RTL. Dans une vidéo de son intervention à Sciences Po le 27 novembre devant des jeunes de l'UDF, postée il y a une semaine sur le site internet Dailymotion, M. Duhamel annonce au détour d'une phrase que François Bayrou "est quelqu'un qu'(il) aime bien et qu'(il) va voter pour lui".


Marielle de Sarnez, directrice de campagne de François Bayrou, a jugé "extrêmement choquante" la suspension du journaliste de France Télévisions, estimant qu'"en France, on peut soutenir Sarkozy et Royal, mais pas" le candidat de l'UDF. "Je trouve extrêmement choquant qu'un journaliste soit sanctionné pour avoir exprimé une opinion, dans le cadre d'un débat devant des étudiants", a déclaré à l'AFP Mme de Sarnez. L'ancien journaliste Rachid Arhab, récemment nommé membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), a pour sa part salué cette décision en estimant sur Public Sénat que le journaliste de télévision était "tenu à une obligation de réserve".

Lors de la précédente campagne présidentielle en 2002, Alain Duhamel avait déjà été privé d'antenne par France 2, en raison du "risque d'ambiguïté" que représentait un livre d'entretien co-écrit avec le Premier ministre Lionel Jospin. France Télévisions a rappelé dans son communiqué que "le service public se devait d'être irréprochable, tout particulièrement en période de campagne électorale, en respectant rigoureusement les principes d'indépendance et de neutralité dans ses journaux et magazines d'information".

Au nom de ce principe, deux présentatrices de journaux télévisés du groupe public se mettront en congé d'antenne à la fin du mois pour le reste de la campagne: Béatrice Schoenberg (France 2), épouse du ministre de la Cohésion sociale Jean-Louis Borloo, et Marie Drucker (France 3), en raison de sa liaison avec le ministre de l'Outre-mer François Baroin.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution