Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 20 Février 2007 à 00:00

les radios par satellite XM et Sirius font la paix, pour créer un géant

La fusion annoncée des deux seules radios par satellite américaines, Sirius et XM, devrait mettre fin à leur ruineuse guerre pour attirer des stars et des abonnés, mais soulève d'importantes questions en terme de concurrence.

"Nous pensons qu'il s'agit de la prochaine étape dans l'évolution logique de la radio par satellite", a estimé mardi le PDG de Sirius, Mel Karmazin, appelé à diriger le nouvel ensemble, lors d'une conférence téléphonique. Apparue en 2001, la radio satellite est passée d'un média marginal à un phénomène de masse aux Etat-Unis, même si les deux rivaux ne comptent aujourd'hui que 13,6 millions d'abonnés, et ne touchent que 10% des foyers américains et moins de 7% des automobilistes. Le principe est simple: moyennant un abonnement d'une dizaine de dollars par mois, un tuner et/ou un appareil audio permettant la réception de programmes diffusés par satellite, l'usager peut écouter les programmes quand il veut.

La fusion annoncée lundi par les deux sociétés, qui passe par un rachat du numéro un XM (7,6 millions d'abonnés) par le numéro deux Sirius (6,0 M abonnés) pour 4,57 milliards de dollars en actions, doit donner naissance à un géant d'une valeur d'entreprise estimée à 13 milliards de dollars, détenu à part égale par les actionnaires des deux groupes. L'opération, qui doit encore être approuvée par les actionnaires des deux groupes et les autorités de régulation, mettra fin à la guerre acharnée et ruineuse que se sont livrée les deux concurrents pour arracher de nouveaux abonnés, en signant des contrats d'exclusivité dispendieux avec plusieurs célébrités.

Ces vedettes comptent notamment l'animateur Howard Stern et la madone des foyers, Martha Stewart, chez Sirius, face à la star de télévision Oprah Winfrey chez XM. L'affrontement a contribué à creuser les pertes nettes des deux sociétés qui se sont élevées, pour Sirius, à 859,3 millions de dollars, et pour XM à 378,3 millions de dollars, sur les neuf premiers mois de 2006. L'opération devrait aussi permettre des économies d'échelles allant jusqu'à 7 milliards de dollars selon les deux groupes, notamment via la migration à terme de leurs installations respectives sur une plate-forme commune.

Pour Laraine Mancini de Merrill Lynch, la fusion devrait se traduire, à court terme, par des économies annuelles de 400 millions de dollars sur le marketing, la programmation et le service client, et atteindre 4,3 milliards de dollars sur un horizon à dix ans. Reste l'épineux problème de la concurrence: "je suis certain que le processus d'approbation par les autorités de régulation est dans la tête de chacun d'entre vous", a anticipé mardi M. Karmazin. "Je peux vous assurer que nos deux compagnies ont fait ce qu'il fallait sur ce point. Nous pensons que les chances d'aboutir un accord sont solides", a-t-il conclu.

Pour convaincre le régulateur des télécoms FCC et le département de la Justice d'autoriser l'opération, dont M. Parsons a indiqué qu'elle devrait être close "d'ici la fin de cette année", les deux dirigeants ont fait valoir que même si leur groupe serait sans concurrent sur leur marché, il demeurait un acteur mineur comparé aux autres fournisseurs de contenus radio. Ils ont notamment mis en regard leurs 13,6 millions d'abonnés aux 223 millions d'auditeurs des 10.000 stations de radio FM/AM existant sur le territoire.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution