Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 21 Février 2007 à 00:00

TF1 prépare la succession de son Pdg emblématique Patrick Le Lay

TF1 a posé mardi les premiers jalons de la succession de son Pdg emblématique, Patrick Le Lay, qui aura 65 ans en juin, et prévoit de le remplacer par Nonce Paolini, actuel responsable chez Bouygues Télécom.

Lors d'un conseil d'administration qui s'est déroulé mardi, M. Le Lay a "proposé de dissocier à compter de mai 2007 les fonctions de président et celle de directeur général", occupées jusqu'à présent par lui-même, a annoncé le groupe dans un communiqué. M. Le Lay assumerait les fonctions de président, et Nonce Paolini, actuel directeur général délégué de Bouygues Télécom, serait nommé directeur général de TF1, a précisé TF1. Depuis plusieurs mois, la presse se fait l'écho de rumeurs sur le remplacement de Patrick Le Lay, des rumeurs que TF1 se refusait à commenter.

Nonce Paolini, 57 ans, était l'un des candidats cités par les observateurs des médias. Patrick Le Lay "va partir. Il restera peut-être président jusqu'à 67 ou 70 ans, mais les statuts de TF1 ne permettent pas à un Pdg de rester en poste à partir de 65 ans", a expliqué à l'AFP un responsable syndical, sous couvert d'anonymat. Selon ce syndicaliste, "M. Le Lay aurait aimé rester encore un peu, mais Bouygues (l'actionnaire principal: ndlr) avait envie que ça change". M. Paolini, qui a débuté sa carrière à EDF-GDF, a rejoint le groupe Bouygues en 1988 et occupé les fonctions de directeur général adjoint des ressources humaines du groupe TF1 de 1993 à 2001.

Il est passé chez Bouyges Télécom en 2002. Patrick Le Lay, ingénieur des travaux publics de formation, travaille au sein du groupe Bouygues depuis 1981. Après la privatisation de TF1 et son rachat par Bouygues, Patrick Le Lay est nommé vice-président directeur général de la chaîne. Il devient Pdg en 1988. Le tandem qu'il forme avec Etienne Mougeotte (au poste de vice-président) transforme TF1 en véritable machine à faire de l'audience. La chaîne s'installe rapidement comme leader inconstesté de la télévision en France, une suprématie jamais entamée depuis près de 20 ans.

Le regard froid derrière ses lunettes cerclées de métal, Breton austère et catholique, il a la réputation d'être souvent abrupt. Il avait déclenché un tollé en 2004 en affirmant que le métier de TF1 était d'"aider Coca Cola à vendre son produit". "Pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible", avait-il déclaré dans un ouvrage recueillant des déclarations de grands patrons. Patrick Le Lay est le grand argentier de TF1. Il surveille les finances et s'occupe de la stratégie, tandis que Etienne Mougeotte, journaliste, est plus tourné vers les programmes.

Ces deux personnalités, dissemblables mais complémentaires, sont créditées pour une large part du succès de TF1, devenue première chaîne européenne. Parallèlement, TF1 a annoncé une baisse de son bénéfice 2006 en raison notamment du coût de la Coupe du Monde de football (113,6 millions d'euros) : le bénéfice net des activités non cédées s'est établi à 198,7 millions d'euros, en recul de 9,9% par rapport à 2005. TF1 avait acquis les droits des 24 meilleures affiches de la Coupe du Monde, disputée du 9 juin au 9 juillet 2006 en Allemagne.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution