Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 27 Février 2007 à 00:00

Guyane: Soyouz vient consolider l'alliance spatiale russo-européenne

La Russie et l'Europe spatiale, qui lanceront à partir de la fin 2008 des fusées Soyouz depuis la Guyane française, tablent sur cet atout majeur pour consolider l'alliance spatiale russo-européenne sur le marché mondial des lancements de satellites.

"Soyouz vient compléter idéalement une gamme européenne entre les grosses Ariane 5 et les petites fusées Vega, une gamme qui pourra répondre à toutes les demandes", estimaient lundi des responsables des deux parties réunis au Centre spatial guayanais (CSG) pour poser la "première pierre" des bâtiments de la zone de lancement. "Le centre spatial guyanais est idéal parce qu'à l'Equateur, Soyouz peut lancer trois tonnes de charge utile au lieu de deux tonnes à Baïkonour (Kazakhstan)", jugeaient-ils. Les fusées Soyouz, entre deux à quatre par an, partiront de Sinnamary, sur le Port spatial européen, à dix kilomètres de Kourou et du pas de tir des Ariane 5 capables d'emporter de cinq à dix tonnes de satellites.

Les travaux du programme "Soyouz en Guyane" ont commencé par deux ans d'importants terrassements réalisés par le groupe Vinci sur une zone de 120 hectares après l'accord franco-russe de 2003 et l'accord entre les agences spatiales européenne (ESA) qui regroupe 17 Etats membres et la russe Roscosmos en janvier 2005. Le maître d'oeuvre des travaux est le Centre national d'études spatiales français (CNES), par ailleurs actionnaire principal d'Arianespace, la société qui organise et commercialise le lancement des satellites européens. "Le programme permettra de conforter la part de l'Europe qui détient actuellement 50% du marché commercial mondial" a déclaré Yannick d'Escatha président du CNES, en soulignant aussi son importance stratégique pour le développement de la seule "base spatiale européenne".

Pour Jean-Jacques Dordain, directeur général de l'ESA, "c'est une base idéale, notamment pour le marché des satellites géostationnaires" plus faciles à lancer à 36.000 km d'altitude depuis l'Equateur. "Ce programme va assurer la croissance de la production de nos fusées, permettre une amélioration de la qualité et la modernisation industrielle de la Russie" s'est réjoui Anatoli Perminov, président de l'agence russe. Au total, l'opération représente un investissement de 344 millions d'euros, entre les travaux d'adaptation de la fusée aux normes occidentales, les transferts d'équipements et de technologie depuis la Russie et la réalisation de la zone de lancement.

Arianespace mise sur la vente de 30 à 40 lancements en dix ans, au prix de 50 millions d'euros l'unité, pour rentabiliser le programme. "Nous achetons les lanceurs, nous les lançons avec nos partenaires russes et avec nos recettes nous ferons tourner les installations et rembourserons les emprunts", a déclaré le directeur général d'Arianespace Jean-Yves Le Gall. Arianespace a déjà reçu quatre commandes. "Deux satellites Pleïades d'observation de la terre pour le CNES et deux satellites de télécommunications géostationnaires (lancés à 36.000 km d'altitude)", a déclaré M. Le Gall sans préciser l'identité du premier passager, "sans doute un géostationnaire".

La société russo-européenne Starsem qui commercialise depuis 1996 les lancements de Soyouz depuis Baïkonour "a encore cinq lancements à faire et son activité opérationnelle devrait ensuite être mise en sommeil dans deux ans", a indiqué M. Le Gall. Baïkonour serait alors réservé aux lancements gouvernementaux russes (une douzaine par an). La première pierre de la nouvelle zone de lancement posée lundi porte le nom de Youri Gagarine, premier homme de l'espace en 1961. Mais la Guyane est encore loin des vols habités. "Nous n'avons pas les moyens d'en faire une priorité à court terme pour l'Europe. Nous mettons toutefois en place une infrastructure compatible", a indiqué M. Dordain.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution