Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 28 Février 2007 à 00:00

Difficultés pour créer une émission musulmane sur une chaîne publique allemande

Quelle place pour l'islam sur les chaînes publiques? Le débat agite actuellement l'Allemagne, après l'annonce du rédacteur en chef de ZDF, la deuxième chaîne publique allemande, de la création d'une émission musulmane hebdomadaire sur internet.

La proposition de Nikolaus Brender était dans l'air depuis un certain temps. Ainsi, en 2005, à l'occasion des 50 ans de l'émission confessionnelle chrétienne "Parole du Dimanche", Wolfgang Huber, président de l'Eglise protestante, avait suggéré la création d'un équivalent musulman, "Parole du Vendredi" (le jour saint musulman).

Cette idée, reprise par M. Brender, s'est révélée difficile à mettre en oeuvre. Principal problème: à qui confier la responsabilité de cette émission? Pour Aiman Mazyek, secrétaire général du Conseil central des musulmans (représentative des musulmans d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient), il est "évident que les musulmans doivent avoir la responsabilité rédactionnelle de l'émission. C'est le cas depuis longtemps pour les programmes chrétiens". Selon lui, toute autre proposition reviendrait à un "jeu de dupes".

De son côté, Solomon Korn, vice-président du conseil central des Juifs, a réclamé un créneau télévisuel réservé au judaïsme: "si la ZDF intègre dans son programme une émission musulmane, le même droit doit valoir pour tous", a-t-il fait valoir. Autre question épineuse : celle de la représentation des différentes communautés musulmanes. En effet, contrairement aux Eglises catholique et protestante (luthérienne), il n'existe pas en Allemagne de représentation unitaire des musulmans.

Les 300.000 fidèles actifs dans des organisations musulmanes (sur un total d'environ 3,2 millions de musulmans) se répartissent en quatre grandes organisations. Pour Bekir Alboga, préposé au dialogue de l'organisation Union Turque Islamique (Türkisch-Islamische Union, DITIB), "des discussions seront nécessaires, aussi bien en interne, entre musulmans, qu'entre la ZDF et nous". La chaîne publique a tranché vendredi dernier. L'émission, nommée "Forum du Vendredi", sera visible exclusivement sur Internet, et la responsabilité rédactionnelle reviendra à la chaîne, qui choisira les intervenants en partenariat avec les organisations musulmanes.

Si la diffusion télévisée n'est pas encore à l'ordre du jour, "nul ne sait ce qui se passera l'année prochaine", précise cependant Walter Kehr, porte-parole de la chaîne. Selon Ruprecht Polenz, le chef du conseil de rédaction de la ZDF, "le concept n'est pas celui d'une prédication". L'émission proposera des "commentaires et entretiens qui tiendront lieu de pensées du jour, d'un point de vue musulman". Mais jusqu'au coup d'envoi du programme, qui doit intervenir avant l'été, le débat est loin d'être clos.

Ainsi, le secrétaire général de la CSU (parti conservateur bavarois), Markus Söder, a rejeté dans une interview à l'hebdomadaire Bild am Sonntag la création d'une fenêtre télévisuelle musulmane: "l'Allemagne n'a pas besoin d'une télé-mosquée, les deniers de la redevance ne sont pas prévus pour ça. Un +forum du vendredi+ n'améliore pas l'intégration, mais encourage les sociétés parallèles". Dans les rangs des Verts, les échos étaient plus positifs : "les musulmans intégrés dans la société allemande manquaient depuis longtemps d'une émission hebdomadaire", a déclaré vendredi Volker Beck, patron de la fraction parlementaire du parti.

En septembre, le gouvernement d'Angela Merkel avait invité les responsables musulmans à une première conférence nationale destinée à explorer toutes les mesures pouvant favoriser l'intégration et éviter le développement de sociétés parallèles.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution