Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 11 Janvier 2001 à 00:00

"Temptation Island" déchaîne les passions aux Etats-Unis

Un nouveau jeu-vérité déchaîne les passions aux Etats-Unis: "Temptation Island", savant mélange d'exotisme, d'allusions sexuelles, de relations humaines et de compétition.

Le but du jeu est de mettre à l'épreuve la fidélité de quatre couples non mariés mais établis, mis en contact séparément pendant deux semaines, dans un site enchanteur, avec une trentaine d'avenants célibataires, qui seront comme il se doit éliminés progressivement par des votes au cours des six différents épisodes.

"Après deux semaines de retour dans le monde des célibataires, ils devront décider entre un nouvel amour possible et leur ancien engagement", explique la chaîne dans ses documents de présentation. A la seule vue des bandes-annonces (couchers de soleil sous les cocotiers, bikinis, étreintes furtives...) des associations religieuses ou conservatrices ont élevé des protestations et exigé de Fox, filiale du groupe Newscorp de Rupert Murdoch, renonce à la diffusion de "l'île de la tentation". "Ce n'est pas une émission à propos de sexe", s'est défendu Sandy Grushow, président de la chaîne. "C'est une émission qui explore les dynamiques de gens engagés dans des relations sérieuses. Il s'agit de gens qui voulaient tester l'intensité de leurs relations".

Gail Berman, président de la filiale "divertissement" de la chaîne a ajouté qu'il n'y avait là "rien de déplacé" pour des téléspectateurs de moins de 18 ans et assuré que les bandes-annonces étaient, comme il se devait, bien plus agichantes que les émissions elles-mêmes, que personne n'a pour l'instant vues. Ils ont admis que tous les participants avaient passé des test de dépistage de maladies vénériennes et du Sida mais ont refusé de préciser si des préservatifs avaient été distribués. "Nous avons déjà un taux de divorces de 50% dans ce pays", a protesté le rabbin Kenneth Roseman, de Dallas (Texas). "Devons-nous être complaisants envers une émission qui estime qu'il est normal de voir jusqu'où on peut aller pour briser une relation ?"

Et pour Brent Bozell, fondateur du Parents Television Council, "le principe de cette émission -briser des relations établies à des fins de distraction- illustre une nouvelle fois combien l'Amérique considère les tourments d'autrui comme autant de divertissements bon marché". Les dirigeants de Fox n'ont pas caché que l'immense succès, l'été dernier, du jeu-vérité "Survivor" (51 millions de téléspectateurs pour la finale) leur avait fait oublier bien vite leur engagement, pris l'année dernière après le retentissant fiasco de "Qui veut épouser un multi-millionnaire ?", de renoncer aux jeux-vérité.

Ces émissions sont beaucoup moins chères à produire que des fictions et ont l'énorme avantage de toucher les cibles préférées des publicitaires, les jeunes urbains à fort pouvoir d'achat. "Nous devons nous réconcilier avec le genre de programmes que le public a plébiscité", a plaidé Gail Berman. "Nous devons rester compétitifs. Nous ne pouvons pas ne pas être sur le marché des jeux-vérité".

La plupart des autres chaînes ont annoncé ou s'apprêtent à annoncer la diffusion prochaine de jeux de ce type, pour la plupart importés d'Europe, très en avance sur les Etats-Unis dans ce genre de programmes.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution