Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 23 Mars 2007 à 00:00

La campagne dope la vente des journaux et l'audience de la télé

L'intérêt des Français pour l'élection présidentielle dope depuis plusieurs semaines la vente des journaux et l'audience des émissions politiques à la télévision, une nouveauté par rapport à 2002.

Libération, Le Monde, La Croix, L'Express, Le Point... Les grands quotidiens et hebdomadaires d'information générale ont le sourire. A une époque où les Français se détournent de la presse écrite, la campagne présidentielle les ramène vers les marchands de journaux. Au Point, les ventes ont augmenté de 20% depuis janvier, "du jamais vu" depuis 1981. A Libération, "chaque fois qu'il y a un petit événement de campagne, on vend bien", explique le Pdg du quotidien, Laurent Joffrin. Les ventes de Libé, que M. Joffrin a voulu réancrer à gauche depuis son arrivée en novembre, sont particulièrement sensibles aux soubresauts de la campagne socialiste.

"Quand Ségolène va bien, on vend bien. Quand elle va moins bien, on vend toujours, mais un peu moins", s'amuse-t-il, notant que les Unes sur la présentation du pacte présidentiel de Ségolène Royal ou son passage à TF1, ont particulièrement bien marché. Comme partout ailleurs, la percée de François Bayrou provoque aussi curiosité et intérêt chez les lecteurs de Libé. La Une intitulée "les bobos votent Bayrou" a suscité de nombreuses réactions de lecteurs. La Croix enregistre également une hausse de ses ventes, déjà notable pendant la campagne sur le référendum sur la Constitution européenne, particulièrement le mardi, quand le quotidien publie son supplément de huit pages sur les grands dossiers.

"Il y a pas mal d'indécision chez les électeurs, ils ont affaire à des personnalités un peu nouvelles, des thèmes très divers sont abordés dans cette campagne", souligne Dominique Quinio, directrice de La Croix. "Il y a beaucoup de débat dans les familles, entre collègues, et, pour appuyer ce débat, les gens ont besoin de lire, d'écouter, de s'informer. C'est une bonne nouvelle pour la démocratie, mais aussi pour la presse", estime-t-elle. Côté télé, l'engouement pour les émissions politiques semble aussi inédit. Même si en 2002 le point d'audience et le paysage audiovisuel étaient différents et rendent caduque la comparaison avec 2007.

Reste que les quatre émissions de TF1 "J'ai une question à vous poser" ont fait un tabac avec plus de 8 millions de téléspectateurs pour celles consacrées à Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy. C'est le meilleur score pour une émission politique depuis 10 ans, souligne-t-on à TF1. En 2002, la chaîne s'était contentée d'un "Face à la une" d'une durée de 20 minutes diffusé dans la continuité du JT. A l'époque, France 2 avait proposé seulement deux "prime time" dont celui du 4 avril qui avait réuni près de 3,5 millions de téléspectateurs. Cette fois-ci la chaîne a doublé le nombre de ses prime time et l'audience a été au rendez-vous (5 millions de téléspectateurs pour "A vous de juger" avec Sarkozy, 4,5 millions avec Royal). Certains médias ont profité de cette campagne pour s'aventurer sur le terrain politique, avec un ton plus léger.

M6 s'est lancée dans le genre avec quatre numéros de "5 ans avec...." présentée par Estelle Denis, qui, à partir de dimanche, animera "Elysée 2007: le grand débat". La palme revient à Skyrock -première radio des jeunes- et à son animateur Difool qui a reçu Nicolas Sarkozy, François Bayrou et Ségolène Royal.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution