Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 31 Mars 2007 à 00:00

L'offensive de NRJ en télévision et téléphonie fait un flop à la Bourse

Le groupe audiovisuel NRJ Group a chuté de près de 8% en Bourse vendredi, les investisseurs s'inquiétant de son annonce d'une stratégie de développement accéléré en télévision et téléphonie, aux objectifs ambitieux mais qui va se traduire par une nouvelle baisse des résultats en 2007 et 2008.

NRJ a prévenu jeudi soir qu'après avoir vu en 2006 son bénéfice net plonger de 46,4% à 52,9 millions d'euros et son bénéfice opérationnel de 23,5% à 81,7 millions, il s'attendait à un nouveau recul de son résultat opérationnel courant en 2007 et 2008. A la Bourse de Paris, ces perspectives ont fait l'effet d'une douche froide. Vers 16H00 (14H00 GMT), l'action du groupe encore détenu à près de 73% par son fondateur Jean-Paul Baudecroux reculait de 7,80% à 12,30 euros, portant sa chute sur les douze derniers mois à 28%. Selon les analystes du secteur, la principale cause de cet avertissement d'ampleur, qui a les tous conduits à réduire fortement leurs estimations de résultats et pour plusieurs d'entre eux à abaisser leurs recommandations, est à chercher du côté de l'intensification annoncée de la stratégie de diversification, qui nécessitera d'importants investissements.

Alors que la radio, son activité d'origine, a vu ses bénéfices reculer de 3,6% en 2006, et que ses recettes publicitaires risquent de souffrir à partir de cette année de l'autorisation de la publicité pour les distributeurs sur les chaînes hertziennes, le groupe a dit vouloir faire de NRJ 12 (lancée en 2005) l'une des premières chaînes généralistes gratuites de la télévision numérique terrestre (TNT). Mais pour parvenir à un objectif d'audience de 3%, NRJ 12 va devoir dépenser plus dans sa grille de programmes, creusant sa perte opérationnelle, qui était de 10,7 millions en 2006, jusqu'à un point bas de 25 à 30 millions en 2009, l'arrivée à l'équilibre de chaîne étant quant à lui repoussé à 2012 (quand les analystes tablaient sur 2010). NRJ compte aussi lancer une chaîne locale "7L" et une musicale "NRJ Hits".

En téléphonie, où le groupe est associé à égalité avec le groupe bancaire Crédit Mutuel-CIC, il compte pratiquement tripler sa clientèle à un million d'ici fin 2008, contre 390.000 actuellement. Mais là encore au prix fort: l'activité devrait causer une perte qui pourrait aller jusqu'à un maximum de 17,5 à 25 millions d'euros en 2008. Elle ne devrait parvenir à l'équilibre opérationnel "qu'au plus tard en 2010". Olivier Moral, analyste de Fortis, a abaissé sa recommandation à "réduire" contre "conserver". Il estime du coup que NRJ, qui semble prêt à sacrifier ses résultats "pour développer son concept de groupe multimédias pleinement intégré, autour de la musique et de sa marque", aura du mal à convaincre ses actionnaires par de telles annonces, sans aucune évocation des bénéfices futurs escomptés.

Egalement pessimiste, la maison de courtage Exane BNP Paribas a jugé ce plan très ambitieux, surtout qu'il intervient selon elle "dans un contexte d'instabilité de la direction" et que l'attitude des investisseurs devrait rester négative "pendant au moins 12 à 18 mois", faute de visibilité suffisante. Elle juge également préoccupante l'érosion de la rentabilité de la branche radio, principale source des bénéfices, et a donc abaissé sa recommandation à "sous-pondérer" contre "surpondérer" précédemment. Cependant, d'autres analystes ont conseillé au contraire aux investisseurs de profiter de la baisse du titre, considérant qu'au cours actuel, il peut représenter une bonne affaire.

Ainsi, Bruno Hareng estime que, s'il faut être prudent à très court terme, investir dans une action NRJ revient en fait à "acheter l'actif radio avec une option gratuite sur les diversifications", d'où son maintien d'une recommandation d'"achat".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution