Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 14 Janvier 2001 à 00:00

Protection accrue des satellites américains

Craignant un "Pearl Harbor spatial" contre les Etats-Unis, le nouveau secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld et une commission du Congrès qu'il a dirigée, veulent renforcer la protection des satellites dont dépend la sécurité nationale et économique du pays.

Pour combattre les menaces d'Etat étrangers ou de terroristes, un rapport de cette commission recommande notamment au président américain un effort technologique et une coopération plus étroite entre le Pentagone et les services de renseignements (CIA et NRO).

Sans aller jusqu'à créer une cinquième branche militaire pour l'espace (à côté de l'armée de Terre, l'aviation, la Navy et les Marines) - ce qu'aurait mal supporté la hiérarchie de l'armée de l'Air -, il propose d'établir un "sous-secrétaire à la Défense pour l'espace, le renseignement et l'information".

"Si les Etats-Unis veulent éviter un +Pearl Harbor de l'Espace+, il leur faut prendre au sérieux la possibilité d'une attaque contre leurs systèmes spatiaux", selon le rapport qui fait référence à l'attaque japonaise contre la marine américaine en 1941. Il a été rédigé par une commission composée de parlementaires républicains et démocrates, de militaires et d'experts du secteur privé.

La vulnérabilité augmente à mesure que se développent les besoins des Américains en satellites de communications pour les téléphones portables, de GPS (systèmes de positionnement), d'espionnage et en infrastructures de relais au sol, a estimé l'amiral David Jeremiah. Ce dernier préside la commission depuis que M. Rumsfeld a été choisi comme ministre de la Défense par le président élu George W. Bush, fin décembre.

Les moyens nouveaux en technoolgie ne sont pas chiffrés, mais le coût de remplacement des satellites militaires obsolètes durant la prochaine décennie est estimé à 50 milliards de dollars. Plusieurs exemples de vulnérabilité aux attaques ont été signalés par les auteurs du rapport: en 1998, 80 millions des pagers américains tombèrent en panne à cause d'un problème de satellite Galaxy IV; au début 2000, les Etats-Unis perdirent contact avec plusieurs satellites pendant trois heures à cause de problèmes informatiques au sol; enfin l'Indonésie a brouillé de la propagande islamiste émanant d'un satellite chinois.

Des terroristes comme Oussama ben laden peuvent menacer les installations au sol des Etats-Unis et "auront de plus en plus la possibilité d'acheter des capacités satellitaires", a aussi estimé l'amiral Jeremiah. Reconnaissant que "la question d'armes offensives ou défensives dans l'espace est sensible", la commission Rumsfeld estime que "le président doit avoir l'option de déployer des armes dans l'espace comme dissuasion et le cas échéant pour se défendre d'attaques contre les intérêts américains". Le traité sur l'espace extra-atmosphérique de 1967 interdit les armes nucléaires ou de destruction massive dans l'espace, mais reste flou sur des armes comme les lasers, a indiqué à l'AFP Spurgeon Keeny, président de l'Arms control Association à Washington. M. Rumsfeld a rappelé son soutien à un système de défense antimissiles (NMD) américain.

Le projet NMD est fondé sur des missiles lancés du sol. Des "lasers tueurs de satellites depuis l'espace" sont une idée éloignée, car ils "demandent beaucoup de travail et la question de leur coût financier reste posée, a déclaré à l'AFP l'amiral Jeremiah. Les Etats-Unis doivent renforcer leurs capacités de lancements de fusées, a encore dit l'amiral, qui a estimé qu'"en matière spatiale, l'Europe est plus une rivale qu'une partenaire".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution