Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 12 Mai 2007 à 00:00

Nicolas Sarkozy hérite de France 24, "regard français sur le monde"

Elément clé de l'audiovisuel public extérieur, la chaîne d'information en continu France 24, "regard français sur le monde", arrive en ordre de bataille entre les mains de Nicolas Sarkozy au terme d'un projet politique porté par le président Jacques Chirac pendant dix ans.

Les dirigeants de la chaîne estiment aujourd'hui qu'entre 11 et 13 millions de "décideurs" dans le monde regardent cette chaîne lancée le 6 décembre 2006 d'abord en deux langues, français et anglais, et complétées depuis le 2 avril par un décrochage en arabe de quatre heures dans certaines parties du monde. Installée à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), France 24, qui emploie 370 collaborateurs, dont 170 journalistes multilingues, et qui dispose d'un budget annuel de 80 millions d'euros, se présente comme "une CNN à la française", avec l'ambition de rivaliser avec les grandes chaînes internationales d'information, l'américaine CNN International, la britannique BBC World et l'arabe Al-Jazira.

Dès novembre 1996, peu de temps après son élection à la présidence, Jacques Chirac indiquait dans une interview au Figaro son "intérêt" pour "une chaîne d'information en continu, qui transmettrait partout les images de la France". En février 2002, devant le Haut Conseil de la Francophonie, il évoquait le "handicap que subissent un pays, une aire culturelle, qui ne disposent pas d'un poids suffisant dans la bataille de l'image et des ondes". Conçue par Bernard Brochant, député-maire de Cannes (Alpes-maritimes), France 24 repose sur une structure originale et controversée qui, dans un but d'indépendance, associe à égalité le groupe audiovisuel privé TF1 et le groupe public France Télévisions.

Le jour du lancement, Jacques Chirac s'était rendu au siège de la chaîne où il avait rappelé sa vocation à diffuser un "regard français sur les évènements du monde", "indépendamment de toute considération". Quelques jours plus tard, à Bruxelles, il saluait la "réussite" d'une chaîne qui "fait honneur à la France". Interrogé avant son élection sur la pérennité d'une association privé-public à la tête de France 24, Nicolas Sarkozy s'était déclaré "favorable au partenariat entre un groupe privé et le groupe public" et demandait qu'on laisse "à cette alliance inédite le temps de faire ses preuves".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution