Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 16 Janvier 2001 à 00:00

Le CERN prépare le successeur du world wide web

Une "Grille de calcul" ultra-performante, ou "Datagrid", devrait suppléer à l'avenir aux limites des capacités de traitement du World Wide Web (www), a révélé à Genève le Laboratoire européen pour la physique des particules (CERN).

La "Grille de calcul" décentralisera les ressources informatiques grâce à un réseau à grande vitesse reliant entre eux supercalculateurs, batteries de processeurs, bases de données, systèmes informatiques et utilisateurs.

Le CERN a annoncé dans un communiqué la signature, fin décembre, d'un contrat avec l'Union européenne pour développer le projet DataGrid. Bruxelles a accepté d'octroyer 9,8 millions d'euros sur trois ans pour participer au développement de cette "grille". Le Laboratoire européen a été désigné comme chef de file de ce projet.

"Ce projet est considéré par les spécialistes comme le banc d'essai idéal d'un nouveau modèle de traitement informatique réparti à l'échelle mondiale et comme l'évolution naturelle du World wide web, lui aussi développé au CERN", a estimé le Laboratoire. Pour les savants, il "inaugurera l'ère de l'E-science", s'est félicité le CERN. La nouvelle "Grille" utilisera des codes-source ouverts et offrira des débits de données et des moyens de calcul d'un niveau sans précédent.

Des interfaces logicielles ouvriront de nouvelles possibilités de coopération entre systèmes d'exploitation. La "Grille" devra notamment traiter la masse de données produites par le prochain accélérateur du CERN, le grand collisionneur de hadrons (LHC), qui entrera en service en 2005. Des paquets de protons entreront en collision environ 40 millions de fois par seconde au coeur d'énormes détecteurs, engendrant un déluge de données équivalent à 20 conversations téléphoniques simultanées par chaque habitant de la planète. On estime que la puissance de calcul qui sera nécessaire équivaudra à celle de 100.000 ordinateurs individuels d'aujourd'hui: une puissance au moins trois fois supérieure devra être disponible dans les instituts collaborant dans le monde aux expériences LHC.

Le projet DataGrid, auquel participe notamment le Centre français de la recherche scientifique (CNRS), aidera à coordonner des projets de grille nationaux, dont beaucoup sont déjà en cours.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution