Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 30 Juin 2007 à 00:00

Dans la campagne alsacienne, France Télévisions tourne "La Résistance"

Sur le quai d'une gare, l'étoile jaune à la poitrine et une valise aux pieds, des mères entourent leurs enfants : dans la campagne alsacienne, des figurants participent au tournage de "La Résistance", une série documentaire pour France Télévisions qui raconte "une société civile confrontée à la barbarie".

La scène est tournée à Sentheim, un petit village du Haut-Rhin, où une association de passionnés entretient une voie ferrée désaffectée et un train d'avant-guerre. La reconstitution (qui s'appuie sur des faits réels, comme toutes les scènes tournées pour le documentaire) raconte la déportation de familles juives à la gare de Lille-Fives, en septembre 1942.

Des infirmières d'un hôpital voisin, sous prétexte de donner à manger aux enfants, persuadent les parents de leur confier leurs enfants. Des cheminots retardent le départ du train et d'autres détournent l'attention des soldats de la Wehrmacht. "Après la rafle du Vel d'Hiv en juillet 1942, le choc est considérable dans l'opinion, qui n'accepte pas de voir des flics français embarquer femmes et enfants", explique Christophe Nick, auteur de nombreux documentaires et à l'origine du projet.

L'idée lui est venue lorsqu'il tournait en 2004 "Chroniques de la violence ordinaire", dans la banlieue parisienne. Alors qu'il tentait de les raisonner, plusieurs petits délinquants lui avaient rétorqué que "la France, c'est la démocratie molle et vous vous êtes tous couchés en 1940". "Ce qui est terrible, c'est notre méconnaissance. Elle nous fait voir nos sociétés contemporaines comme des sociétés qui n'en valent pas le coup. Cela tue dans les banlieues...", s'insurge Christophe Nick, co-scénariste du film.

La série se veut une "réhabilitation" de cette période de l'histoire et une étude de la "résistance civile, sans armes", ajoute-t-il. Nous sommes passés d'une vision "tous résistants" dans les années 50 à "40 millions de Pétainistes" vingt ans plus tard. Mais depuis 15 ans, les historiens, tel que le Britannique Julian Jackson, mettent à mal ces visions sommaires. Selon cet universitaire, on peut commencer à écrire l'histoire de la Résistance en France car l'on sort du temps des témoins et des passions.

"Notre idée n'est pas d'être blanc ou noir mais de comprendre ce que fait une société civile lorsqu'elle est confrontée à la barbarie", souligne l'auteur du film. Le premier volet de "La Résistance" s'attarde sur la période d'avant la guerre puis raconte la résistance des anonymes. Le deuxième volet porte sur le sauvetage des Juifs. L'autre co-scénariste est un Anglais, Andrew Bampfield. Pour lui, ce film est "l'occasion de s'interroger sur ses propres valeurs". "Ce n'est pas qu'une histoire française, le film montre que les peuples ne supportent pas l'oppression", déclare-t-il.

Ce documentaire, qui sera diffusé à l'automne sur France 2 et France 5, s'appuie pour moitié sur des scènes reconstituées, tournées en Alsace et Moselle, et sur des images d'archives. Pendant un an, des documentalistes ont visionné les fonds privés et publics de plusieurs pays (Allemagne, Etats-Unis, Israël...). La version diffusée sur France 5, plus longue (quatre volets), comprendra des entretiens avec des historiens reconnus, tels que Julian Jackson, l'Allemand Alrich Meyer, l'Américain Raul Hillberg ou encore les Français Pierre Laborie, Lucien Lazare, Jean-Pierre Azéma...
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›

Vos réactions

Natou | Samedi 21 Novembre 2009 à 14:13
slt moi et ma petite famille on a participe au tournage "LA RESISTANCE" qui etait long et fatiguand resultat pas une tun meme pas le film a la maison qui en aurait une copie ca ces passer a sentheim 2007 merci
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution