Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 18 Janvier 2001 à 00:00

Le conflit à la télévision tchèque prend une nouvelle ampleur

Le conflit à la télévision publique tchèque CT a pris une nouvelle ampleur mercredi 17 janvier avec une prise de contrôle des locaux de la direction par les grévistes et l'installation provisoire à la tête de la chaîne de l'ancien directeur financier Ladislav Paluska.

Des "patrouilles de grévistes" ont été formées pour contrôler les accès aux bureaux de la direction situés au deuxième étage du siège de la CT à Kavci Hory, dans le IVe arrondissement de Prague, a annoncé la radio publique CRo. Les grévistes, journalistes et autres salariés de la télévision, refusent de reconnaître l'autorité de la nouvelle direction de la CT, mise en place par le directeur général Jiri Hodac. L'élection de ce dernier, le 20 décembre, avait provoqué le conflit actuel. M. Hodac, à qui les protestataires reprochaient des liens avec le Parti démocratique civique (ODS, droite) du président de la Chambre des députés Vaclav Klaus, a démissionné de son poste le 11 janvier "pour raisons de santé", huit jours après avoir subi un malaise.

Trois de ses "fidèles", la directrice juridique Vera Valterova, la directrice de l'information Jana Bobosikova et le directeur financier Jindrich Beznoska, restent à la CT, mais pratiquement sans possibilité d'influencer les émissions et le fonctionnement de la chaîne, contrôlée par les protestataires. Le "comité de grève" a invité mercredi l'ancien directeur financier Ladislav Paluska, destitué par M. Hodac le 30 décembre, à "prendre provisoirement la direction" afin d'"empêcher le chaos" et "stabiliser la situation", selon le porte-parole des journalistes protestataires, Adam Komers.

M. Paluska a souligné qu'il ne dirigerait la télévision que "pendant la période indispensable, très courte". Selon un membre du "comité de grève", M. Paluska est toujours directeur financier de la télévision, car il n'a jamais reçu un document officialisant sa destitution, annoncée le 30 décembre par M. Hodac. Selon l'organigramme traditionnel de la CT, le directeur financier assure l'intérim en l'absence du directeur général. Les grévistes réclament la formation d'urgence d'un "comité de fonctionnement" qui serait chargé des affaires courantes et empêcherait des "dégâts financiers". Cet organe devrait compter cinq membres, dont M. Paluska, Mme Valterova, le chef des syndicats de la CT, Antonin Dekoj, ainsi que deux représentants des services de la programmation et technique de la chaîne. Ils exigent également le remplacement de Mme Bobosikova à la tête du service de l'information par une "personne compétente, bénéficiant de la confiance" des journalistes et salariés de la CT.

Le ministre de la Culture, Pavel Dostal, s'est rendu mercredi au siège de la télévision pour "prendre connaissance" de la situation et discuter avec les grévistes. Il a présenté un rapport improvisé en fin d'après-midi à la tribune du Sénat. La chambre haute du Parlement tchèque s'était réunie le même jour pour débattre de la nouvelle loi sur la télévision publique, adoptée dans la nuit de vendredi à samedi en "état d'urgence législative" par la Chambre des députés. Dans une clause spécialement conçue pour résoudre le conflit en cours, la loi accorde à la chambre basse du Parlement le droit d'élire un directeur provisoire de la CT. Le Sénat peut donner son feu vert à la loi présentée par la chambre basse, ou la renvoyer devant la Chambre des députés.

Avant d'entrer en vigueur, la loi nécessite encore la signature du président Vaclav Havel qui rentre à Prague jeudi, après une douzaine de jours de vacances aux Iles Canaries.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution