Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 14 Juillet 2007 à 00:00

Les tours de passe-passe de l' opérateur de télé par satellite

Dans un article paru dans "LE MONDE" le journal,grâce à un lecteur, met à jour ce que tout le monde peut constater parmi les nombreux "tours de passe-passe de l'opérateur de télé par satellite" que nous avons regulièrement dénoncés dans Télé Satellite , au fil des mois depuis la fusion : "Les opérations de concentration et de fusion dans le domaine de la télévision payante par satellite ne jouent pas toujours en faveur du client.

Une fois en situation de monopole, l'opérateur est libre de modifier à sa guise ses offres et des tarifs, ainsi que l'a constaté un lecteur. Abonné à CanalSat (distributeur de télévision payante par satellite), Jean-Marie nous fait part de sa déception. "Depuis la fusion de mon opérateur et de son concurrent TPS le 21 mars 2007, j'avais espéré que les programmes sportifs de la chaîne Eurosport 2 (TPS) me deviendraient accessibles.

Or, non seulement ce n'est pas le cas, mais certains événements ne sont diffusés que sur Eurosport 2", écrit ce passionné de sport. La première manche du championnat du monde de superbike (courses de motos qui se déroulent tous les quinze jours, le dimanche) est diffusée exclusivement sur Eurosport 1, tandis que la deuxième l'est uniquement sur Eurosport 2, et vice versa.

"Si bien que si l'on veut voir le tout, il faut souscrire - en plus de l'abonnement de base (28,90 euros par mois) - à un nouveau "pack sport" d'un montant de 6 euros mensuels", déplore notre lecteur. Il constate enfin qu'en septembre, Motors-TV, l'une des chaînes sportives comprise dans l'abonnement de base (appelé "Librement") passera dans le "pack sport".

De telles pratiques, demande-t-il, sont-elles légales ? Selon les termes du contrat, l'opérateur a le droit de modifier unilatéralement la composition de son bouquet, ainsi que les options proposées. D'où le transfert de la chaîne sportive spécialisée Motors-TV dans le "pack sport" et son remplacement par une chaîne plus généraliste. "Depuis la fusion, nous offrons davantage de chaînes pour un prix inchangé", répond Alain Vogel, responsable du département médiation (service consommateurs) de CanalSat.

L'objectif est de proposer dans l'abonnement de base une offre cohérente répondant aux attentes du plus grand nombre, soit neuf chaînes généralistes de sport, ainsi que des chaînes à forte notoriété dans différents secteurs (informations locales, jeunesse, séries et fictions, pratique, loisirs et jeux, musique, culture et société).

Les "packs" payants spécialisés qui s'ajoutent à l'offre de base sont destinés aux amateurs de tel ou tel domaine : "sport" (6 euros mensuels, "cinéma" (9 euros par mois) et "famille" (7 euros mensuels). "On évite ainsi de faire supporter au client classique le coût des chaînes spécialisées, particulièrement élevé, notamment pour la retransmission de certains matches ou pour les droits cinématographiques", explique M. Vogel.

RÉSILIER SANS PÉNALITÉ

La conséquence la plus évidente de ces ajustements continuels a surtout consisté en un renchérissement des prix. Notre lecteur, également amateur de cinéma, en a fait l'expérience. Il avait au départ, opté pour une offre promotionnelle incluant les chaînes cinéma (alors appelées CanalSat "Grand spectacle") pour un tarif de 23,63 euros en 1999 (soit, à l'époque, 155 francs).

A la suite des modifications et augmentations annuelles successives, ce tarif est passé à 32,78 euros en 2003, puis à 35,90 euros en 2005. La transformation par l'opérateur en juillet 2006, de son abonnement "Grand spectacle" en "CanalSat Passionnément" pour 36,90 euros, l'a conduit à revenir à la formule de base, soit 28,90 euros mensuels. Après la fusion, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a imposé à CanalSat trois engagements qui concernent les consommateurs.

Tout d'abord, maintenir une tarification uniforme sur l'ensemble du territoire métropolitain pour chacune des offres commerciales de la nouvelle entité par catégorie de clientèle. Ensuite, informer les abonnés de la possibilité de résilier sans pénalité à tout moment au cours de l'année suivant la fusion (soit avant le 21 mars 2008) en cas de modification substantielle du contrat.

Et, enfin, rendre publique six mois à l'avance la migration vers un satellite unique et ne pas imposer aux abonnés la prise en charge du coût de cette opération. Les clients qui estimeraient que ces engagements n'ont pas été respectés peuvent s'adresser au mandataire indépendant chargé de s'assurer du respect de ceux-ci. "
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution