Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 27 Juillet 2007 à 00:00

Cartes à puce: les fabricants français en pleine restructuration

Suppressions d'emplois, fermetures d'usine, délocalisations: les fabricants français de cartes à puce, dans la tourmente en 2006, sont en pleine restructuration dans un contexte de guerre des prix et d'une montée en puissance des pays émergents.

Berceaux historiques de la carte à puce, la France et l'Allemagne ont vu leurs producteurs pénalisés par la forte baisse des prix --notamment des cartes SIM-- estimée à environ 35% entre 2005 et 2006. Cette pression commence toutefois à s'atténuer, ont-ils fait savoir cette semaine lors de la publication de leurs chiffres d'affaires trimestriel. En difficultés en 2006, Gemalto a encore vu ses ventes reculer de 10% au deuxième trimestre, plombé par la téléphonie mobile qui représente plus de la moitié de son chiffre d'affaires.

Son concurrent Oberthur a lui retrouvé des couleurs, affichant sur la période un chiffre d'affaires en hausse de 13,7%, soutenu notamment par la reprise de l'activité paiement, son coeur de métier. Le secteur subit les contrecoups de la fusion entre Axalto et Gemplus, qui a donné naissance à Gemalto en juin 2006. Un an après, le leader mondial avec près de 50% de parts de marché, a annoncé la suppression "de 406 emplois et la fermeture fin 2008" de son site d'Orléans (centre de la France).

Les deux rivaux "se sont fait une guerre des prix terrible pour conquérir des parts de marché, ils ont cassé les prix pour asseoir leur position avant la fusion", commente Charles Copin, spécialiste des cartes à puce, "à ce jeu-là, les prix sont tombés très bas". Cette opération "a beaucoup perturbé le marché", estime Jean-Paul Jainsky, PDG de Sagem Sécurité (groupe Safran) dont l'activité cartes à puce a été réorganisée après le rachat, fin 2005, de la société allemande Orga.

L'usine de Montpellier (Sud de la France) a été fermée, fin juin, et celle d'Angoulême (Ouest) restructurée "pour concentrer la fabrication sur l'Allemagne". Parallèlement, l'unité basée en Inde a été "fortement développée" pour répondre aux besoins du marché asiatique, explique M. Jainsky. Oberthur vient d'adopter la même stratégie: il s'apprête à fermer son centre de Caen (Nord-Ouest) et à délocaliser la production des cartes SIM à faible valeur ajoutée "hors d'Europe", en Chine, au Brésil et en Inde. La fabrication des cartes plus complexes sera maintenue en France, à Vitré (Ouest).

L'allemand Giesecke&Devrient, numéro 2 du marché, a également procédé en 2006 à une réorganisation de ses activités. L'ensemble de ces mesures interviennent sur fond de basculement du marché vers les pays émergents. Principaux moteurs de la demande en téléphonie mobile, ils tirent les prix vers le bas. Et concurrencent de plus en plus sur ce créneau plutôt "bas de gamme" les Européens, qui doivent relever le défi de coûts très bas pratiqués par les fournisseurs asiatiques, notamment chinois. Au point de voir l'hégémonie européenne contestée? M. Jainsky n'y croit pas. "L'Europe est prédominante, et c'est encore vrai pour un moment", assure-t-il.

L'industrie des cartes à puce "attend des relais de croissance dans d'autres domaines", relève Yvon Avenel, journaliste éditeur de la lettre SmartCardsTrends, citant les "applications gouvernementales" (passeports et cartes d'identité électroniques) et les cartes santé (comme la carte Vitale en France). Mais l'avenir du marché pourrait surtout s'éclaircir avec la généralisation de la technologie "sans contact", pour l'instant limitée essentiellement aux transports en France mais déjà bien développée en Asie et en essor aux Etats-Unis.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution