Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 3 Août 2007 à 00:00

Venezuela : la chaîne privée RCTV toujours à l'antenne sur le câble

La chaîne privée vénézuélienne RCTV poursuivait jeudi ses émissions sur le câble, après l'intervention in extremis de la justice en sa faveur mercredi dans la soirée alors que les autorités la menaçait d'interdiction d'antenne dès minuit.

Le tribunal suprême, saisi d'un recours déposé par la Commission des opérateurs de télévision par abonnement du Venezuela pour protéger RCTV, a autorisé mercredi soir la chaîne à poursuivre ses opérations sur le câble alors que l'autorité vénézuélienne des télécommunications Conatel la menaçait de suspension. "Le tribunal suprême de justice donne l'antenne à RCTV", titrait en Une jeudi le quotidien Ultimas Noticias.

"RCTV continue sur le câble" et "RCTV peut rester sur le câble" annonçaient respectivement les quotidiens El Nacional et El Universal. "Il s'agit d'une bataille qui peut et doit être gagnée puisqu'elle constitue un élément fondamental de la vigueur de la liberté d'expression et aussi de la démocratie", soulignait jeudi El Nacional dans un éditorial. La veille, le patron de la chaîne Marcel Granier s'était immédiatement réjoui de cette décision estimant que "personne n'avait jamais vu une décision émise par le tribunal suprême avec autant de célérité ".

Conatel menaçait d'interdire mercredi à partir de minuit les émissions de RCTV opérant sur le câble depuis le 16 juillet, si elle maintenait son refus de s'enregistrer en tant que producteur national audiovisuel. RCTV, fondée en 1953 et connue pour sa ligne éditoriale d'opposition au gouvernement du président Hugo Chavez, avait disparu du paysage audiovisuel vénézuélien pour la première fois de son histoire le 28 mai, les autorités ayant refusé de renouveler sa licence.

La chaîne avait repris ses émissions en les diffusant sur le câble par le biais d'un relais à Miami (Floride, Etats-Unis). Se présentant désormais comme une chaîne de télévision internationale, dont les émissions sont reçues également dans plusieurs îles des Caraïbes, RCTV refuse de retransmettre certains programmes officiels de la chaîne publique VTV (Venezuela Television), tels des messages du président Chavez.

A cet égard, RCTV avait demandé mercredi au gouvernement d'énoncer des "règles claires" quant au statut de "producteur national". "Pendant six mois, elles ont dit qu'il ne s'agissait pas d'une fermeture, que l'entreprise pouvait toujours chercher des solutions sur le câble. Nous avons rencontré de grandes difficultés et nous avons établi cette relation avec les opérateurs du câble à un prix très élevé", avait déclaré M. Granier mercredi dans la journée sur la station Union Radio.

Dans l'après-midi, un groupe d'étudiants et de journalistes s'était rassemblé devant les portes de Conatel pour demander le maintien des émissions de RCTV. Mardi, le Comité de protection des journaliste (CPJ), organisation indépendante de défense de la presse dans le monde basée à New York, s'était inquiété qu'il s'agisse "d'une nouvelle tentative du gouvernement de fermer un média critique".

"Obliger une télévision à retransmettre les discours du président Chavez est un signe que le gouvernement prétend contrôler le flux d'information", avait indiqué Joel Simon, du CPJ dans un communiqué. La disparition de RCTV en mai dernier avait provoqué une vague de protestations et de manifestations au Venezuela, conduites par le mouvement estudiantin qui n'avait pas été aussi actif depuis une vingtaine d'années.

Au nom de la liberté d'expression, la décision du gouvernement vénézuélien avait été condamnée en Europe, aux Etats-Unis et par des associations internationales de défense des médias telles que Reporters sans Frontières.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution