Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 11 Août 2007 à 00:00

La protection thermique d'Endeavour endommagée par un morceau de glace

La protection thermique de la navette spatiale américaine Endeavour a été apparemment endommagée par l'impact d'un morceau de glace peu après le lancement et l'ampleur de ce dommage n'est pas encore déterminée, a indiqué vendredi un responsable de la Nasa.

"Selon moi, ça ressemble bien à l'impact d'un morceau de glace", a déclaré John Shannon, le responsable de la mission lors d'une conférence de presse ajoutant "ne pas encore savoir ce que cela pouvait signifier" pour la mission. Il a ajouté que si le dégât était trop important, les astronautes devront effectuer une sortie pour faire une réparation. Pour ce faire, ils disposent de matériaux permettant de colmater.

Une inspection ciblée à l'aide d'une caméra est prévue dès dimanche afin d'évaluer la gravité du dommage, notamment sa profondeur, a dit M. Shannon. Une analyse balistique faite à partir des images radar indique qu'un des débris qui s'est détaché du réservoir externe 58 secondes après le lancement et qui a heurté le ventre de la navette, était apparemment un morceau de glace et non de la mousse isolante beaucoup plus léger, a expliqué le responsable de la Nasa.

Un premier examen des photos prises vendredi du dessous d'Endeavour par les occupants de la Station spatiale internationale (ISS), peu avant son amarrage montre, à l'endroit où le débris de glace a touché la navette, un "sillon" de 19 centimètres carrés sur une des tuiles formant le bouclier thermique de l'orbiteur. Cette tuile se trouve près de l'une des portes du train d'atterrissage principal.

John Shannon a également dit que de petites marques blanches sont aussi visibles sur d'autres tuiles avoisinantes. Ces tuiles protègent la structure en aluminium de la navette contre des températures qui atteignent 1.500 degrés Celsius sous l'effet du frottement à grande vitesse sur les couches de l'air lors du retour dans l'atmosphère.





Selon la théorie avancée par les ingénieurs, un morceau de glace a pu endommager la tuile sous l'impact du choc et des fragments de cette tuile auraient alors fait des éraflures sur les autres tuiles se trouvant derrière, a dit M. Shannon. Pour effectuer l'inspection de la zone suspecte dimanche, afin d'évaluer précisément la taille et la profondeur du "sillon" sur la tuile, les astronautes utiliseront notamment un laser attaché à l'extrémité d'une rallonge de 15 mètres du bras robotisé de la navette.

La plupart des neuf débris filmés par l'une des nombreuses caméras suivant le lancement de la navette sont de petits morceaux de mousse isolante détachés du réservoir externe rempli d'hydrogène et d'oxygène liquide à très basse température. La glace se forme par le contact de l'humidité de Floride (sud-est) sur certaines parties extrêmement froides du réservoir normalement protégées par de la mousse isolante pour justement éviter ce problème.

La Nasa a procédé à d'importantes modifications du réservoir externe après l'accident de Columbia le 1er février 2003, provoqué lors de son retour dans l'atmosphère par un trou dans la protection thermique d'une aile. Cette fissure avait résulté de l'impact d'un morceau d'isolant thermique de plus de 700 grammes détaché du réservoir peu après le lancement.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution