Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 6 Septembre 2007 à 00:00

Audiovisuel public extérieur : une réforme délicate en préparation

A la demande de Nicolas Sarkozy, une réforme de l'audiovisuel public extérieur est en préparation pour tenter de rationaliser et de rendre plus performant ce dispositif complexe, composé principalement des télévisions France 24 et TV5 et de la radio RFI.

Un groupe de travail, piloté par Georges-Marc Benamou, conseiller du président pour la culture et l'audiovisuel, en liaison avec Jean-David Lévitte, conseiller diplomatique de M. Sarkozy, s'est attelé à la tâche. Composé de représentants de Matignon et des ministères concernés (Affaires étrangères, Culture, Finances), le groupe de travail a décidé "d'aller assez vite", a déclaré mercredi M. Benamou dans un entretien à l'AFP.

"Début novembre, nos propositions seront sur le bureau du président de la République et sur celui du Premier ministre. Cela deviendra alors une décision politique qui sera arbitrée par le président", a ajouté le conseiller. Dans les lettres de mission adressées au ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner et à la ministre de la Culture et de la Communication Christine Albanel, le président leur a demandé d'élaborer "un schéma de réorganisation et de rationalisation des instruments de la politique audiovisuelle extérieure".

Le but est d'aller vers "une présence audiovisuelle plus forte, plus cohérente, plus ambitieuse, plus efficace", selon la lettre envoyée à Mme Albanel. Actuellement, la France consacre plus de 300 millions d'euros à son audiovisuel extérieur. "La BBC a autant de moyens pour une visibilité et une influence beaucoup plus fortes", relève M. Sarkozy dans sa lettre à Mme Albanel.

Une partie du groupe de travail va se rendre à Londres en fin de semaine pour rencontrer des dirigeants de BBC World et étudier les recettes de la réussite britannique. Actuellement, "l'audiovisuel public extérieur a tout d'un meccano abracadabrant. Mais on ne va pas faire de fusion totalitaire" entre les différentes entités concernées, a assuré M. Benamou.

A ce stade, "tout reste ouvert, notamment sur les structures", affirme le journaliste et écrivain de gauche rallié à Nicolas Sarkozy. La création d'une holding pour chapeauter le tout est à l'étude, de même que divers scénarios de fusions ou rapprochements. Le groupe de travail va à présent lancer une concertation dans plusieurs directions. Et notamment vers les autorités francophones.

La France doit en effet consulter ses partenaires dans TV5, chaîne de télévision francophone, financée essentiellement par Paris mais aussi par la Suisse, le Canada, le Québec et la Belgique. Une réunion avec des hauts fonctionnaires chargés de TV5 a déjà eu lieu la semaine dernière en Suisse. Mais les craintes ne sont pas totalement apaisées.

Fadila Laanan, ministre de la Culture et de l'Audiovisuel de la communauté française de Belgique, a ainsi écrit à Bernard Kouchner pour lui demander des explications sur l'avenir de TV5. "En tout état de cause, TV5 restera une chaîne généraliste, multilatérale et francophone mais elle sera modernisée", a déclaré M. Benamou.

Les personnels des entités concernées, qui ont des statuts différents, vont également être consultés. "Il n'y a pas de craintes à avoir", assure M. Benamou, en réponse aux inquiétudes des salariés qui commencent à s'exprimer. "Le propos n'est pas de faire des économies", affirme-t-il. Enfin, le groupe de travail va également consulter les commissions parlementaires et les auteurs des divers rapports sur ce sujet.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution