Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 7 Septembre 2007 à 00:00

Chute d'une fusée russe Proton : le Kazakhstan suspend les lancements

Le Kazakhstan a suspendu jeudi tous les lancements de fusées russes Proton depuis le cosmodrome de Baïkonour, après la chute sur le territoire kazakh d'un de ces lanceurs transportant un satellite japonais de télécommunications.

La fusée Proton-M a été lancée de ce cosmodrome, loué par la Russie au Kazakhstan, jeudi à 02H43 en heure de Moscou (22H43 GMT). Elle devait placer le satellite japonais JCSat 11 sur une orbite géostationnaire mais s'est écrasée peu après le décollage dans une région inhabitée du Kazakhstan, à 50 km au sud-ouest de la ville de Djeskazgan.

Alors que le lanceur se trouvait à 76 km d'altitude, le moteur du deuxième étage s'est arrêté, a indiqué l'agence spatiale russe Roskosmos. Selon les premières indications, l'incident n'a pas fait de victimes, a précisé Roskosmos. Le chef de l'Agence spatiale kazakhe, Talgat Moussabaev, a précisé de son côté qu'une panne des mécanismes de direction du deuxième étage était à l'origine de l'accident.

"Un lancement échoué de Proton-M signifie une suspension automatique de tels lancements depuis Baïkonour jusqu'à l'éclaircissement de toutes les circonstances", a déclaré Adilbek Bassékeïev, représentant spécial du président kazakh Noursoultan Nazarbaïev à Baïkonour. Ce mécanisme est fixé par un accord russo-kazakh sur la location de ce centre spatial, construit à l'époque où le Kazakhstan faisait partie de l'Union soviétique.

En juillet 1999, le Kazakhstan avait même interdit tous les tirs depuis Baïkonour après l'explosion d'une fusée Proton et avait affirmé que 42 tonnes de combustible étaient retombées sur son territoire. "Par bonheur, le premier étage a complètement fonctionné et la majeure partie du combustible toxique a brûlé.

Néanmoins, au moment de la chute de la fusée, il restait 218 tonnes et 978 kilogrammes du mélange qui s'est soit retrouvé au sol ou a brûlé dans l'air", a dit jeudi M. Moussabaev au cours d'une conférence de presse à Astana.

La steppe a pris feu et un grand incendie s'est déclaré sur le lieu de la chute avant d'être entièrement éteint, a-t-il indiqué en précisant qu'il s'agissait de la 6ème chute d'un proton en onze ans au départ de Baïkonour. Le satellite japonais était destiné à la retransmission d'émissions de télévision et devait couvrir le Japon, l'Asie Pacifique et les îles Hawaii.

La compagnie JSAT, un des leaders de la télévision par satellite dans les pays de l'Asie Pacifique, possède déjà huit satellites sur orbite. JCSat 11 devait être un satellite de réserve. Pour cette raison, "l'échec n'affecte pas les services de communication et de télédiffusion actuellement proposés", a indiqué jeudi la société japonaise.

Quant aux conséquences financières pour JSAT, elles "devraient être négligeables car les coûts du satellite et du lancement sont couverts par une assurance", a précisé la société. La fusée Proton M est une version modernisée du lanceur lourd Proton K, l'un des plus fiables du monde depuis plus de 40 ans.

Conformément aux décisions prises par le gouvernement russe, tous les lancements commerciaux des fusées Proton sont effectués par la joint-venture russo-américaine ILS-International Launch Services Inc. qui en a déjà réalisé une quarantaine depuis sa création en 1996.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution