Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 28 Janvier 2001 à 00:00

Le "Super Bowl", Olympiade des publicitaires aux Etats-Unis

Le "Super Bowl", finale du championnat de football américain qui a lieu ce soir, n'est pas seulement le spectacle le plus regardé de l'année par les Américains, c'est aussi l'Olympiade des annonceurs publicitaires.

Depuis des années, les marques font confectionner dans le plus grand secret par leurs agences publicitaires des spots spécifiques, destinés à n'être diffusés que pendant le match ou uniquement à partir de cette date magique. La certitude de parvenir à toucher des dizaines de millions de consommateurs potentiels, regroupés entre amis, bières en main, a créé entre publicitaires une émulation qui a fait de la diffusion des spots publicitaires une compétition à part, surnommée "Ad Bowl" (pour "advertisement", publicité).

Les chaînes, les annonceurs ou des sites web demandent chaque année aux téléspectateurs de voter pour désigner le meilleur film, qui peut être sûr d'obtenir, dans les jours qui suivent la finale, une couverture médiatique sans équivalent. En 1999, la frénésie internet avait provoqué la diffusion de 17 films pour des "dot.com", sur la trentaine de spots intercalés entre les quatre quart-temps de la finale.

Cette année, la déroute de nombreux sites de commerce électronique a permis le retour d'annonceurs traditionnels, comme Master Card, IBM, Pepsi ou Volskwagen. "Cela va être le retour à ce qu'est vraiment le Super Bowl", a confié au New York Times Larry Flanagan, directeur du marketing de MasterCard. "Tous les grands annonceurs traditionnels reprennent leur place". Le ralentissement notable de l'économie américaine a même entraîné une baisse des tarifs: les annonceurs ne paieront plus, selon la presse spécialisée, qu'environ 2,3 millions de dollars pour la diffusion d'un spot de 30 secondes, contre plus de 3 millions dans certains cas l'année dernière.

Mais, pour être à la hauteur du plus important rendez-vous de l'année, c'est dans la production des films que les marques dépensent le plus d'argent. Certaines mettent sur la table, pour des films qui parfois ne passeront qu'un soir, des budgets qui permettraient, même aux Etats-Unis, le tournage de bien des long-métrages indépendants.

De l'avis des spécialistes, c'est la diffusion, en 1984, du fameux film du fabriquant d'ordinateur Apple qui a lancé la mode du "Ad Bowl". Tourné par Ridley Scott (réalisateur de "Gladiateur" et de "Blade Runner"), il faisait référence à l'univers totalitaire des romans de George Orwell. En 1988, Coca Cola avait distribué des millions de lunettes bi-colores pour permettre aux téléspectateurs d'apprécier un film en trois dimensions.

Depuis, la soirée du Super Bowl attire devant les écrans des millions de personnes qui n'assisteraient pour rien au monde, les autres soirs de l'année, à un match de football américain.

Et nombreux sont ceux qui profitent des phases de jeu pour retourner au réfrigérateur, histoire d'être de retour à temps pour la prochaine coupure pub.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution