Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 7 Novembre 2007 à 00:00

Le dividende numérique, une "occasion unique" pour les télécoms

Le dividende numérique, ces fréquences hertziennes qui seront libérées par le basculement au numérique d'ici 2011, représente "une occasion unique" pour les acteurs des télécoms, selon la synthèse de la consultation publique publiée mercredi par l'Arcep. "La réaffectation des fréquences du dividende numérique constitue une occasion unique d'allocation de nouvelles fréquences basses aux télécommunications. Il n'y aura pas de +deuxième chance+ avant plusieurs décennies", indique l'Autorité de régulation des télécoms, se fondant sur les déclarations des acteurs concernés. Les enjeux sont "cruciaux pour le développement de notre pays" car "seule la mise à disposition de fréquences basses additionnelles permettra une couverture étendue du territoire" à l'internet très haut débit depuis son mobile (3G), soulignent les contributeurs à la consultation, lancée le 13 juillet. Le but est d'éviter la "fracture" entre les zones denses couvertes par le très haut débit mobile (quelques dizaines de mégabits par seconde) et les autres zones, correspondant à environ 70% du territoire et 30% de la population, couvertes par des débits beaucoup plus faibles, selon la synthèse. Les fréquences qui vont être réallouées d'ici fin 2011, en raison du basculement de la diffusion télévisuelle de l'analogique au numérique, sont particulièrement intéressantes car elles se propagent plus loin et beaucoup mieux que les fréquences hautes (celles de la téléphonie mobile, par exemple), notamment à l'intérieur des bâtiments. C'est pourquoi elles font l'objet d'âpres débats entre chaînes audiovisuelles et opérateurs télécoms qui souhaitent y accéder. Les collectivités locales y voient quant à elles la possibilité de développer des réseaux à moindre frais. Le secteur audiovisuel estime notamment que "toute décision sur le dividende numérique est aujourd'hui prématurée et qu'elle devrait être reportée après l'extinction de la télévision hertzienne analogique". Les autres acteurs prônent au contraire une "identification suffisamment précoce d'une part du dividende numérique sous la forme d'une sous-bande, harmonisée au moins au niveau européen". L'Arcep a reçu une cinquantaine de réponses, à la fois des collectivités territoriales, des opérateurs télécoms, des fournisseurs d'accès internet, d'industriels, de chaînes de télévision et de radios.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution