Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 8 Novembre 2007 à 00:00

Alain Weill, un spécialiste de la reprise de médias en difficultés

Alain Weill, qui est entré mercredi en négociation exclusive avec LVMH pour le rachat de la Tribune, est un spécialiste de la reprise de médias en difficultés, de RMC au Groupe Tests, qu'il entend redresser au prix parfois de lourds plans sociaux.

Doté d'une solide réputation de gestionnaire de coûts, cet homme d'affaires discret mais avisé est à la tête d'un groupe florissant, NextRadioTV. Né le 6 avril 1961 à Strasbourg, ce fils de médecins est depuis son enfance un passionné des médias. "Enfant, je voulais être journaliste. Je n'ai privilégié l'institut des affaires dans mes études que parce que cela me permettrait de diriger ma radio", confiait-il en 2001 à Libération.

Après des études d'économie et un stage de fins d'études à Europe 1, il crée à 24 ans sa première entreprise, une société de conseil audiovisuel. Quelques mois plus tard, il est repéré par le patron de NRJ, Jean-Paul Baudecroux, qui lui confie en 1985 la direction du réseau de la radio encore naissante. Début 2000, NRJ postule au rachat de RMC, que le groupe Sud Communication entend céder. Mais la réglementation sur la concentration des radios fait capoter le rachat.

Alain Weill décide alors de démissionner pour se porter lui-même acquéreur de la radio moribonde. Pour redresser la barre, l'homme d'affaires, qui prédit la mort du format généraliste et ne juge que par les radios thématiques, réoriente RMC vers le "news and talk": de l'info et du débat. RMC devient RMC Info, Talk, Sport. La formule, déjà appliquée par Europe 1 et France Info, s'avère gagnante, notamment grâce à des "coups", comme l'acquisition de l'exclusivité des droits radio de la Coupe du monde de football 2002.

En avril-juin 2007, RMC a obtenu une part d'audience de 4,9%, en hausse sur les deux mois précédentes et sur un an. Selon Médiamétrie, la station se situe au 5e rang des radios généralistes. Deux ans après avoir pris la barre de RMC, Alain Weill se porte acquéreur pour 3,3 millions d'euros de la radio BFM, alors en redressement judiciaire. Il fait le pari de rétablir l'équilibre financier de BFM en deux ans, en la recentrant sur sa thématique économique et financière et au prix d'un plan social drastique.

Même si son audience reste limitée, le pari est tenu dès le début 2004, lorsque la radio atteint l'équilibre d'exploitation. En 2005, il créé BFM TV sur la télévision numérique terrestre (TNT) gratuite. Là aussi, ce "flibustier" comme le décrivent certains détracteurs, multiplie les "coups", dont l'organisation d'un débat Ségolène Royal-François Bayrou entre les deux tours de la présidentielle, qui fait bondir l'audience à 700.000 téléspectateurs.

BFM TV, qui devrait perdre plus de 10 millions d'euros cette année, devrait voir son budget passer de 15 à 23 M EUR. Pour sa télévision, qu'il présente comme une chaîne d'information "à dominante économique", Alain Weill a en effet de grands projets de développement. Il a été candidat, sans succès, à une version locale de BFM TV en Ile-de-France et sera candidat dès que possible à une version de la chaîne en haute définition.

Au début de l'année, NextRadioTV s'est lancé dans la presse écrite, avec le rachat pour 80 M EUR du Groupe Tests, leader français de l'information liées aux nouvelles technologies (01 Informatique....), alors en difficultés. Une fois encore, Alain Weill y a engagé une restructuration profonde, combinant investissements et mesures sociales drastiques, dont la suppression de 140 emplois sur 400 et des fermetures de titres.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution