Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 3 Décembre 2007 à 00:00

Du sexe sans tabous à la télé

Soirée masturbation sur Arte, émission sur le plaisir féminin pour France 2, programme de coaching sexuel sur Téva, le sexe sous toutes ses formes inspire les chaînes de télévision, même les plus sages, qui en parlent aujourd'hui sans tabou.

Le sociologue Patrick Baudry, professeur à l'université de Bordeaux, constate "une augmentation considérable d'émissions consacrées à la sexualité depuis une bonne dizaine d'années, qu'il s'agisse de pratiques sexuelles, d'harmonie du couple, ou de sexualité plus atypique. La sexualité n'est plus aujourd'hui de l'ordre du tabou".

La nouveauté, c'est que le sexe gagne le secteur de la fiction. Arte, la chaîne culturelle franco-allemande, va co-produire une série baptisée "Xanadu" sur une famille comme les autres qui gère un empire du sexe... "Nous n'avons pas de +case+ pour le sexe, mais nous abordons régulièrement le sujet", reconnaît Emmanuel Suard, responsable adjoint des programmes d'Arte.

"Aujourd'hui, il dépasse les plateaux et les débats pour être traité sous forme de fiction sous l'influence de séries américaines d'excellente qualité", note-t-il. Une série actuellement en fin de tournage pour Canal+, "Hard", explore même l'univers du porno. Pour Patrick Baudry, le mot "pornographie" qui hier encore pouvait susciter une sorte de gêne "a désormais englobé celui d'érotisme qui peut sembler presque désuet". Et de citer pour exemple l'arrêt de la diffusion du film dit érotique de M6.

"On est entré dans une phase où la pornographie s'établit pleinement comme une part de notre culture. Les professionnels du hard ne sont plus des gens anonymes, ils s'affichent dans des émissions de grande écoute. Tout le monde connaît le nom de Clara Morgane ou de Rocco Siffredi. D'une certaine manière, et c'est tout à fait nouveau, on leur reconnaît une expertise", dit-il.

Sur les plateaux télé, l'acteur de porno, supposé à juste titre d'avoir de la pratique, devient l'allié du sexologue. Arte, encore, diffusera en février un documentaire "Génération porno", une enquête sur la fascination des adolescents pour le porno. Au printemps, la chaîne s'intéressera à travers un documentaire allemand aux femmes qui se lancent dans l'écriture de films pornographiques.

Le petit écran ne relègue plus le sexe systématiquement en deuxième partie de soirée. M6 a diffusé tout récemment une "Enquête sur les nouveaux business du plaisir" en prime time. On y parlait sites de rencontre, préservatifs fun et médicaments "miracle".

Les chaînes mettent en avant l'aspect sujet de société du sexe. "Nous en parlons de manière informative, pédagogique, car on estime que c'est une de nos missions de service public. Mais on n'en fait pas notre fond de commerce", souligne Carole Wheatcroft directrice adjointe des magazines sur France 2.

L'émission de Jean-Luc Delarue "Ca se discute", diffusée en alternance avec "Tabou" présenté par Karine Le Marchand, explore souvent la question. En janvier, un "Tabou" se penchera sur la virilité, sur la place de l'homme aujourd'hui mais aussi sur sa sexualité. Avec "Le sexe en 10 leçons", Téva propose à des couples de trouver une sexualité plus épanouie.

Le filon ne semble pas près de s'épuiser. Selon la dernière étude Nota-Médiamétrie sur les tendances TV internationales, le sexe est un sujet largement exploité et l'offre de programmes est dense. M6 vient d'ailleurs de s'offrir "Californication" une série américaine plutôt osée sur un écrivain qui cherche dans le sexe un remède à son manque d'inspiration.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution