Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 8 Décembre 2007 à 00:00

Rupture des négociations entre scénaristes et producteurs aux Etats-Unis

Les négociations ont été rompues vendredi entre les producteurs et les scénaristes de l'audiovisuel américains, en grève depuis plus d'un mois, chacune des deux parties faisant reposer sur l'autre la responsabilité de cet échec.

Ni le syndicat des scénaristes de cinéma et de télévision, "Writers Guild of America" (WGA), ni celui des producteurs, "Alliance of Motion Picture and Television Producers" (AMPTP) n'ont mentionné de date pour une reprise des pourparlers. L'AMPTP et la WGA, qui réclame une revalorisation des droits d'auteur pour tenir compte de l'exploitation de leur travail sur de nouveaux supports (internet, baladeurs numériques, DVD...), avaient négocié quatre jours la semaine dernière, puis à nouveau de mardi à vendredi, sans succès.

"Nous sommes désolés d'annoncer que les négociations entre l'AMPTP et la WGA ont été à nouveau rompues", a indiqué le syndicat des producteurs dans un communiqué, se disant "perplexe sur la stratégie de la WGA qui semble destinée à faire dérailler les pourparlers plutôt que de permettre de conclure cette grève". "Quelles que soient les circonstances, nous ne participerons jamais volontairement à la destruction de ce secteur" économique, ont encore ajouté les responsables de l'AMPTP, qui affirment que les exigences des scénaristes sont disproportionnées.

"Si les organisateurs de la WGA peuvent convoquer des manifestations (...) nous nous posons la question de savoir s'ils sont capables de parvenir à un accord dans l'intérêt de notre secteur d'activité", a affirmé le syndicat des producteurs. Accusant pour sa part l'AMPTP de lui poser un "ultimatum", la WGA a affirmé que "si de nombreux aspects (des discussions) sont négociables, nous refusons de nous brader".

La WGA, qui affirme que les négociateurs de l'AMPTP ont pris la responsabilité de la rupture, s'est toutefois dite "prête, et volontaire pour négocier, quelle que soit l'intransigeance de nos partenaires, parce que les enjeux sont trop élevés". "Lorsque quiconque d'entre eux sera prêt à revenir à la table (des négociations), nous serons là, prêts à parvenir à un accord juste", a encore assuré le syndicat des scénaristes.

Toute rédaction ou révision de scénario de télévision ou de cinéma est de facto gelée depuis le début de la grève le 5 novembre. Des piquets de grève sont déployés devant les entrées des grands studios de la région de Los Angeles, et notamment autour de Hollywood, le quartier historique du cinéma dans le nord-ouest de la mégalopole californienne. Plusieurs séries télévisées dont "Desperate Housewives" et "24 heures chrono" ont déjà été affectées par la grève, outre les "talk-shows" de soirée qui ont dû avoir recours à des rediffusions.

La plupart des animateurs de ces émissions ont pris à leur charge les salaires de leurs employés au chômage technique. Côté 7e art, les tournages des films "Anges et démons" avec Tom Hanks, "Pinkville" d'Oliver Stone et "Shantaram" de Mira Nair avec Johnny Depp ont notamment été retardés. Ce conflit risque en outre de jeter une ombre sur la saison des récompenses, qui culmine avec les Oscars le 24 février.

Les autorités de Los Angeles et de Californie (ouest) ont mis en garde contre un conflit de longue durée, qui risquerait de coûter des centaines de millions de dollars à l'économie locale. L'onde de choc pourrait en effet se propager à tous les secteurs d'activité gravitant autour du cinéma, des techniciens de plateau aux chauffeurs de limousines.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution