Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 21 Décembre 2007 à 00:00

TNT: la première étape est un succès, la seconde plus difficile

La première étape du déploiement de la télévision numérique terrestre (TNT) s'est achevée avec succès mi-décembre mais la seconde étape, qui culminera dans le basculement complet de l'analogique au numérique fin 2011, s'annonce plus épineuse.

"Il reste encore beaucoup de travail à faire pour pouvoir atteindre fin 2011 une couverture numérique suffisante et un équipement adéquat pour que cette transition se passe dans les meilleures conditions possibles", indique à l'AFP Michel Combes, président de TDF, la principale société en charge du déploiement. Selon le baromètre trimestriel élaboré par TDF et l'agence NPA Conseil, 73,9% de la population métropolitaine était couverte par la TNT fin octobre, grâce à la mise en service de sept nouveaux émetteurs dans le nord-est de la France.

Selon Michel Combes, entre 80 et 85% des foyers devraient être en mesure de recevoir la TNT à la fin de l'année. A partir du début de 2008, TDF va s'attaquer au déploiement du réseau secondaire, avec l'installation de plus de 200 émetteurs qui permettront de couvrir 89% de la population métropolitaine en décembre 2008. "Non seulement, il ne faut pas relâcher la vigilance, mais il faut se mobiliser encore plus", insiste Michel Combes.

Car tous les foyers en mesure de recevoir les 18 chaînes gratuites de la TNT ne se sont pas convertis à ce mode de réception. Selon les chiffres de Médiamétrie, 13.588.000 personnes vivaient en novembre dans un foyer équipé TNT, alors que la France compte 56.680.OOO téléspectateurs de 4 ans et plus tous modes de réception confondus. Une proportion de 22,9%. Critiquées au moment du lancement pour la médiocrité de leurs programmes, les nouvelles chaînes gratuites de la TNT (Direct 8, W9, TMC, NT1, NRJ 12, France 4, BFM TV, i-TELE, Europe 2 TV, Gulli et la chaîne parlementaire) ont désormais pignon sur rue.

Mesurée depuis quelques mois, leur audience ne cesse de progresser au détriment de celle des chaînes historiques. Un trio s'est détaché au mois de novembre: TMC (contrôlée par TF1 et le groupe AB), W9 (filiale de M6) et Gulli (détenue par France Télévisions et Lagardère), avec respectivement 1,5%, 1,2% et 1,0% de part d'audience (pda) pour l'ensemble des personnes ayant la télévision. Sur la TNT, certaines des nouvelles chaînes devancent en part d'audience des chaînes historiques comme Arte.

Mais le succès de la TNT s'accompagne d'importantes disparités territoriales, qui touchent les régions escarpées ou faiblement urbanisées. Six départements français ont une couverture de population supérieure à 95%, mais 24 ont un taux de couverture inférieur à 50%. Les élus de ces régions défavorisées interpellent régulièrement la ministre de la Culture et de la Communication Christine Albanel.

Le 12 décembre, le député UMP du Cantal Vincent Descoeur s'est inquiété du retard pris par son département. "Le passage de l'analogique au numérique ne se fera pas au détriment d'une partie de la population", a assuré la ministre. Aussi ramifié soit-il, le réseau d'émetteurs ne permettra pas de toucher la totalité du territoire. "La loi sur la télévision du futur prévoit qu'un minimum de 95% de la population soit couvert" par voie terrestre, souligne Michel Combes.

"Le satellite peut être un moyen de compléter la couverture pour les 5% restant". L'extinction de l'analogique, qui sera complète le 30 novembre 2011, ne devrait pas, selon le CSA, débuter avant 2009, selon des modalités qui restent à définir.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution