Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 20 Décembre 2007 à 00:00

Tarak Ben Ammar rachète les laboratoires Eclair

Le Franco-Tunisien Tarak Ben Ammar vient de racheter les historiques laboratoires de développement de films Eclair, un atout de plus pour cet homme d'affaires qui s'impose en rival des majors américaines, avec un réseau paneuropéen de distribution cinématographique.

Avec cette opération, il devient le propriétaire de tous les laboratoires cinématographiques français: Eclair et LTC, acquis en 2002, mais aussi GTC et LNF - eux-mêmes rachetés auparavant par Eclair. Il totalise ainsi un chiffre d'affaires de 160 millions d'euros et un effectif de 820 salariés.

Agé de 58 ans, Tarak Ben Ammar, neveu de l'épouse de l'ancien président tunisien Habib Bourguiba, est aussi propriétaire de studios en Tunisie où ont été tournés nombre de films américains à gros budget, de Star Wars de George Lucas aux Aventuriers de l'arche perdue de Steven Spielberg. Mais les ambitions de M. Ben Ammar ne s'arrêtent pas là.

Grâce à de lucratives activités audiovisuelles en Italie, où sa holding Holland - qui possède un bouquet chaînes TV numériques - a dégagé en 2006 un profit record de 237 millions d'euros, il a les moyens de racheter des sociétés de distribution dans toute l'Europe. Mercredi, après avoir acquis 43% d'Eclair en février auprès des fondateurs, la famille Dormoy, Tarak Ben Ammar a racheté pour 13 millions d'euros les 57% qu'il ne détenait pas encore auprès du fonds d'investissement ETMF2 (BNP).

Dans les industries techniques françaises, M. Ben Ammar possède également Duran Duboi (post-production, effets spéciaux) et Scanlab, mais aussi SIS, Ciné-Stéréo et Acousti spécialisées dans le son. En revanche, ETMF2 restera seul propriétaire de Teletota, spécialisé dans la post-production pour la télévision, qui faisait partie d'Eclair. "J'ai racheté des laboratoires qui étaient au bord du dépôt de bilan, j'ai investi 50 millions d'euros sur cinq ans pour les renflouer et les préparer au numérique et j'ai sauvegardé l'emploi", a affirmé Tarak Ben Ammar à l'AFP.

Ce rapprochement permettra à des entreprises "bénéficiaires pour la première fois cette année", de mieux négocier avec leur fournisseur, l'Américain Kodak, le prix de la pellicule qui représente "50% de leurs coûts", a-t-il expliqué. Elle permettra aussi aux laboratoires d'être plus forts face à leurs clients, les sociétés de production de films qui ont laissé une ardoise de "30 millions d'euros d'impayés" ces six dernières années, affirme M. Ben Ammar.

Mercredi, la ministre française de la Culture, Christine Albanel, s'est émue de cette "opération de concentration", annonçant qu'elle s'entretiendrait "très prochainement" avec M. Ben Ammar des conséquences de celle-ci sur la filière du cinéma. "Nous avons prévu de nous voir en janvier", a indiqué M. Ben Ammar. De leur côté trois organisations françaises d'auteurs, réalisateurs et producteurs de cinéma, l'ARP, la SACD et la SRF, se sont inquiétées des éventuelles conséquences sociales de l'opération.

"Je suis un homme de cinéma, pas un banquier ni un spéculateur, je gère ces sociétés en bon père de famille", a-t-il déclaré, rejetant ces inquiétudes. Mais sa véritable ambition est de concurrencer les majors américaines, qui contrôlent 70% du marché de la distribution de films en Europe. "Il en reste 30% à prendre pour une major européenne !", lance-t-il. Il a ainsi acquis début décembre, pour 85 millions d'euros, 75% d'Eagle Pictures, le premier distributeur indépendant italien, et dit s'intéresser à des actifs en Scandinavie et en Allemagne.

Il vient aussi d'entrer à hauteur de 15% au sein du capital du Canadien Alliance, spécialisé dans les films indépendants américains, qui possède le Britannique Momentum et l'Espagnol Aurum.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution