Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 11 Janvier 2008 à 00:00

Quelle place accorder à la vie privée du président dans les médias?

Quelle place accorder à la vie privée de Nicolas Sarkozy? Les discussions vont bon train au sein des rédactions de plusieurs grands médias parisiens, conscientes de l'habileté du président à mettre en scène son intimité et de sa capacité à augmenter les tirages des journaux.

"C'est une interrogation permanente", déclare à l'AFP Antoine Guiral, qui suit l'Elysée pour Libération. "On s'est dit qu'on ne traitait la vie privée qu'à partir du moment où elle avait une incidence sur la vie politique, comme une grave maladie ou un divorce. Mais dans la pratique, il y a une sorte de pression car tous les autres médias en parlent et on se retrouve à devoir en faire un peu plus que ce qu'on s'était fixé".

Pour Nicolas Chateauneuf, de la Société des journalistes de France 2, "on ne peut pas parler de malaise mais de questions". "Un journal télévisé n'est pas extensible et il y a donc un choix éditorial à faire". Arlette Chabot, directrice de l'information, souligne que "quand la vie privée reste privée, on n'en parle pas".

A RTL, "on s'est fixé des règles: autant que faire ce peu, on ne parle pas de la vie privée des personnalités politiques", indique Jacques Esnous, directeur de l'information. "Mais avec Nicolas Sarkozy, c'est difficile de maintenir ces lignes car il n'y a pas de frontière étanche avec sa fonction présidentielle", souligne-t-il.

Nicolas Sarkozy a en effet brouillé les repères, avant son accession au pouvoir, obligeant les rédactions à ajuster les règles qu'elles suivaient depuis des années. La Croix est l'un des rares médias généralistes à ne pas avoir évoqué la relation du président avec Carla Bruni après la publication des photos de son week-end à Eurodisney, "car il n'y avait rien d'officiel", dit Dominique Gerbaud, le rédacteur en chef.

"C'est une aventure sentimentale comme il en aura peut-être d'autres", note-t-il. Le journal a en revanche publié un portrait de Melle Bruni, au lendemain des déclarations du président sur son nouvel amour. "Voilà, on en fera pas des tonnes", ajoute-t-il. Beaucoup des journalistes interrogés soulignent la nécessité d'être "vigilants" pour éviter que "les infos people" autour du président n'occultent les questions de fond, sur la vie quotidienne des Français.

"A l'évidence, il y a un risque, mais on en est très conscient et nous sommes hyper-vigilants", souligne Jacques Esnous de RTL. D'autant, note Antoine Guiral, que Nicolas Sarkozy "fait vendre énormément". "On sait à Libé qu'une Une avec lui se vendra bien mieux qu'une première page sur les 35 heures..." Quatre hebdomadaires généralistes, Le Point, L'Express, le Nouvel Obs et Marianne ont en couverture cette semaine une photo du président, à la suite de sa conférence de presse de début d'année.

Ils évoquent tous sa vie privée, également en couverture (sur un bandeau pour deux d'entre eux). Le Point "privilégie toujours la vie politique et les questions de fond", déclare Michel Colomès, le directeur de la rédaction. "On se sent tout à fait à l'aise. Quand le président a l'attitude qu'il a dans sa vie privée, cela a aussi une signification politique". Pour Benoit Duquesne, directeur de la rédaction d'Europe 1, "c'est une question de dosage".

"L'état matrimonial du chef de l'Etat" peut "avoir une influence sur sa façon d'exercer le pouvoir" mais "on sait aussi que ce n'est pas la préoccupation prioritaire des Français". Les journaux sont réservés aux questions et débats de fond, et ce qui relève de la vie privée du président ou son ex-femme est plutôt traité dans les plages magazines de l'antenne d'Europe 1.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution