Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 21 Janvier 2008 à 00:00

La fiction française à l'épreuve du 21e FIPA

La fiction française de télévision, plongée dans le tumulte des projets de réorganisation des rapports producteurs/diffuseurs, va s'efforcer de faire bonne figure à l'occasion du 21e Festival international des programmes audiovisuels (FIPA) qui se tient du 22 au 27 janvier à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques).

"En ces temps de tumulte pour la fiction française, le réconfort doit se trouver dans une stimulante émulation avec nos confrères étrangers", estiment Christine Miller et Charles Nemes, vice-présidents de la commission télévision de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD), l'un des partenaires du festival.

Vitrine des meilleurs programmes mondiaux de télévision, le FIPA soumettra à cinq jurys internationaux des programmes inédits venus de 31 pays: dix fictions (chacune présentée par un pays différent), huit séries et feuilletons, 15 grands reportages et faits de société, 13 documentaires de création et essais et 13 oeuvres musicales et spectacles.

Les participants - 2.400 professionnels avaient participé au FIPA 2007 - pourront aussi visionner 36 programmes regroupés dans une "situation de la création française" et huit programmes constituant une "situation de la création européenne", venus de Belgique, Russie, Suisse, Pays-Bas, Allemagne et Bulgarie. "Cette année, sur les écrans de cinéma, le cinéma américain a fait 61% des recettes en France. Les Français n'ont fait que 35%. La différence, c'est le reste du monde. Plus on construit l'Europe, moins on voit les films de ses voisins", s'étonne Pierre-Henri Deleau, délégué général du FIPA.

En ce qui concerne la France, le directeur de France Culture David Kessler et l'ancien député UMP Dominique Richard ont été chargés par le ministère de la Culture d'une mission de concertation sur les rapports entre producteurs et diffuseurs. En outre, la décision présidentielle de supprimer la publicité sur les chaînes de service public pourrait encourager la création de programmes plus audacieux, moins dépendants de larges audiences.

Selon Guy Seligman, président de la Société civile des auteurs multimédia (SCAM), autre partenaire du FIPA, "la confusion est générale et la création peine à trouver sa place dans ce monde où elle seule peut éclairer ce qui nous entoure et nous envahit". A la lumière de ces projets, un débat organisé par la SACD et la SCAM réunira le 25 à Biarritz Patrice Duhamel (France Télévisions), David Kessler, Dominique Richard, Christine Miller, Jacques Peskine, délégué général de l'USPA (Union syndicale des producteurs de l'audiovisuel), Thomas Valentin (M6), Pascal Rogard (directeur général de la SACD) et Guy Seligman.

La ministre de la Culture et de la Communication Christine Albanel, qui salue dans ce FIPA "la plaque tournante" de la création audiovisuelle "ne doute pas que cette édition 2008 mettra en lumière la richesse de la création française". Un film français, "La Passion Boléro" de Michel Follin, inaugurera mardi soir ce festival dont la plupart des projections sont ouvertes au public.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution