Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 17 Février 2008 à 00:00

Nicolas Sarkozy crée une commission pour une "nouvelle télévision publique"

Confronté à une fronde généralisée face à ses projets pour l'audiovisuel public, le président Nicolas Sarkozy gagne du temps en créant une commission chargée de proposer une "nouvelle télévision publique", dont il veut changer à la fois l'identité et le mode de financement.

Présidée par le chef des file des députés UMP Jean-François Copé, composée de parlementaires et de professionnels, la nouvelle commission sera chargée à la fois de "proposer une nouvelle identité" pour le service public audiovisuel, de faire des propositions sur les missions des différentes chaînes du groupe France Télévisions et de proposer les "modalités de financement" de cette nouvelle télévision publique.

La commission devra rendre ses conclusions avant la fin du mois de mai, soit cinq mois après l'annonce explosive du 8 janvier, dans laquelle le président déclarait qu'il fallait réfléchir à une suppression de la publicité, dont les recettes financent pour un tiers France Télévisions. Officiellement approuvée par les dirigeants des principaux groupes audiovisuels concernés, France Télévisions et Radio France, la décision a plongé dans l'inquiétude une grande partie du monde audiovisuel.

Les dirigeants de France Télévisions ont évalué à 1,2 milliard d'euros le manque à gagner, en tenant compte du coût des programmes nécessaires pour remplacer les plages publicitaires disparues. L'ex-candidate socialiste à la présidence de la République, Ségolène Royal, avait estimé le 13 février que la "meilleure solution" pour le gouvernement serait le "retrait" du projet de suppression de la publicité, au moment où "les caisses de l'Etat sont vides".

Les personnels des différentes chaînes de France Télévisions (France 2, France 3, France 4, France 5 et France ô) s'inquiètent d'une réduction du "périmètre", c'est-à-dire de la privatisation de certaines chaînes. Les sociétés de créateurs, la SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques) et la SCAM (Société civile des auteurs multimédia), anticipent une réduction des investissements que les chaînes publiques sont tenues de faire pour la réalisation d'oeuvres dites "patrimoniales".

Opposé à une augmentation de la redevance, Nicolas Sarkozy a évoqué l'hypothèse d'une taxe sur les revenus des fournisseurs d'accès internet, des opérateurs de télécommunications ou des vendeurs de téléviseurs, que ces derniers refusent d'avance. Les groupes privés, TF1 et M6, se réjouissent de la retombée éventuelle d'une partie des recettes publicitaires dont sera privé le service public, mais rejettent l'idée d'une taxe frappant ce surplus de recettes.

Le 13 février, une grève de 24 heures de grande ampleur, la plus suivie que l'audiovisuel public ait connue depuis l'éclatement de l'ORTF en 1974, a touché la plupart des programmes des télévisions et radios publiques. Aux cris de "ni pub, ni soumise", plusieurs milliers de manifestants se sont inquiétés d'un éventuel démantèlement du service public. "La suppression totale de la publicité n'est pas un gage de qualité", déclare dans L'Humanité de samedi Jean-François Téaldi, porte-parole de l'intersyndicale de l'audiovisuel public, favorable par ailleurs à une forte augmentation de la redevance.

L'intersyndicale de France Télévisions et Radio France a obtenu d'être reçue mardi à 10H00 par le président Sarkozy, une heure avant l'installation officielle de la commission créée samedi.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›

Vos réactions

Zakie4747 | Mardi 19 Février 2008 à 05:19
UNE COMMISSION DE PLUS QUI VA COUTER UNE FORTUNE AUX CONTRIBUABLES;LA ÉNIÈME DEPUIS Q IL EST PRÉSIDENT, (ENCORE DE L ARGENT PUBLICS GASPILLER) M SARKOZY CRÉE DES COMMISSION MAI QUAND ELLES RENDES LEURS RAPPORTS IL N EN TIENT PAS COMPTE.JE ME DEMANDE A QUOI ÇA SERT , DE TOUTE FAÇONS IL N EN FERA Q A ÇA TÊTE,COMME POUR LES PRÉCÉDENT RAPPORT IL N A PAS TENU COMPTE DE LEUR AVIS ; TOUT CELA N EST QUE DE LA POUDRE AUX YEUX.
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution