Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 11 Février 2001 à 00:00

Bertelsmann et Vivendi Universal, deux stratégies pour se partager l’Europe

Vivendi Universal et Bertelsmann, géants mondiaux de la communication derrière l'américain AOL-Time Warner, se partagent une grande part des médias européens sur des logiques opposées en matière d'audiovisuel, l'une payante l'autre gratuite, mais orientées vers la convergence et le haut-débit.

Avec le Groupe Canal+, leader de la télévision payante en Europe, Vivendi Universal a fait le choix de la télévision à péage, tandis que Bertelsmann, fort des 22 chaînes et 18 radios de RTL Group, dont il a pris le contrôle lundi, s'est taillé la part du lion dans l'audiovisuel gratuit et commercial. Ces deux logiques ont donné deux modèles économiques, l'une basée sur l'abonnement et le client captif (majorité des activités de communication de Vivendi Universal), l'autre sur la publicité (activités audiovisuelles de Bertelsmann).

Jean-Marie Messier, président du directoire de Vivendi Universal, n'a eu de cesse, lors des mois qui ont précédé la fusion entre Vivendi, Canal+ et Seagram, de répéter qu'il ne croyait qu'en l'abonnement pour dégager de la valeur et des perspectives de développement. Le 5 décembre dernier, lors de l'assemblée générale des actionnaires de Vivendi convoquée pour voter la fusion, M. Messier soulignait que "moins de 5% du chiffre d'affaires" de la société étaient liés au marché de la publicité.

Selon les analystes, le chiffre d'affaires de RTL Group provient entre 70% et 75% des recettes publicitaires. En revanche, ces groupes vont déjà pouvoir tous les deux appliquer la fameuse "convergence" que les géants mondiaux de la communication appellent unanimement de leurs voeux, à partir de leurs contenus respectifs. C'est pourquoi chacun s'est construit (ou est en train de se construire) des "réserves" de contenus. En musique, Vivendi Universal dispose de l'impressionnant catalogue d'Universal Music, Bertelsmann de celui plus modeste de BMG mais il compte bien fusionner avec le poids-lourd EMI.

Côté sport, l'allemand est numéro un des droits sportifs en Europe mais le Groupe Canal+ est également bien placé et compte lancer sa propre chaîne de sport, après son retrait d'Eurosport. Par ailleurs, grâce à Pearson, Bertelsmann détient le deuxième catalogue mondial de programmes télévisuels, domaine dans lequel Vivendi peut compter sur Expand. L'édition est aussi un contenu choyé. Vivendi Universal détient Havas (livres, périodiques...), Bertelsmann Randon House (édition) Gruner und Jahr (magazines) et Springer (journaux).

Le cinéma reste la faiblesse de Bertelsmann, qui n'a rien à opposer à la major américaine Universal, partie intégrante du Groupe Canal+. Côté tuyaux, l'allemand est également moins complet, notamment du côté de la téléphonie (donc du futur UMTS), dont il est absent. Vivendi Universal détient en revanche SFR. De même, le groupe de M. Messier a déjà mise en route son portail internet multi-accès Vizzavi.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution