Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 28 Février 2008 à 00:00

STMicroelectronics: l'Etat augmente sa part et réaffirme son engagement

L'Etat français a annoncé son renforcement au capital du fabricant STMicroelectronics, apportant une preuve concrète de son engagement en faveur d'une industrie française des semi-conducteurs, au moment où le secteur est en pleine restructuration.

A la Bourse de Paris, le titre a clôturé en hausse de 2,15% à 8,57 euros dans un marché stable. La France a racheté à l'italien Finmeccanica 2,86% du capital de STMicroelectronics pour 260 millions d'euros, soit 10 euros par action, ce qui représente une prime de 19% par rapport au cours de clôture de mardi. L'acquisition a été faite par l'intermédiaire du Commissariat à l'énergie atomique (CEA).

Cette opération vise à rééquilibrer les participations des deux pays dans le groupe (d'un côté Areva à travers le holding FT1CI, de l'autre Finmeccanica et Cassa Depositi e Prestiti), qui se situent désormais "au même niveau d'environ 13,75%", contre respectivement 10,9% pour la France et 16,6% pour l'Italie auparavant, ce qui permet à Paris de conserver des droits de vote équivalents.

Par ailleurs, le pacte d'actionnaires est prolongé de trois ans à partir du 17 mars. Il stipule que chaque partie devra détenir au moins 10,5% du capital et maintient un dispositif anti-OPA hostile. "Cette transaction vise à préserver l'indépendance de l'entreprise et la stabilité de son actionnariat, tout en favorisant son développement à long terme et son rôle dans le secteur des nanotechnologies en France", a fait savoir l'Elysée dans un communiqué.

En augmentant sa part au capital de STMicroelectronics, 5e fabricant mondial de semi-conducteurs (pour des secteurs aussi divers que la téléphonie mobile, le multimédia, l'automobile ou l'informatique), l'Etat français "réaffirme son attachement à cette industrie", explique Jérôme Ramel, analyste chez Exane BNP Paribas. Il règle aussi le problème d'un éventuel désengagement de Finmeccanica, qui avait dit avoir l'intention de réduire sa participation.

La décision de l'Etat s'inscrit dans le cadre d'une stratégie en faveur de la recherche technologique, indique-t-on de source gouvernementale. Le but est de pouvoir continuer à avoir en France des pôles de compétitivité à vocation internationale, comme la structure grenobloise Minalogic qui repose fortement sur STMicroelectronics. Parallèlement, le ministère de l'Economie a validé le programme de développement de STMicroelectronics pour les sites de Crolles (Isère), en partenariat avec l'américain IBM.

Du côté des syndicats, le délégué CGT du groupe en France, Marc Leroux, a demandé des "clarifications" sur la stratégie industrielle. En effet, Paris met en avant sa volonté de "consolider le modèle intégré de STMicroelectronics impliquant maîtrise technologique et production la plus avancée en propre", autrement dit dans des usines implantées en France et en Europe.

Or, souligne M. Leroux, la direction du groupe "augmente la part de la production sous-traitée et diminue le budget de la recherche et développement technologique". STMicroelectronics a procédé à de nombreuses restructurations l'an dernier, notamment dans trois de ses sites de production aux Etats-Unis et au Maroc, dans le cadre d'un programme portant sur le transfert d'une partie de sa production vers des pays à bas coût de main-d'oeuvre ou des usines plus modernes.

En Europe, les usines de Rennes et Castelletto (Italie) ont déjà été fermées. Le site de Rousset (Bouches-du-Rhône) a également été touché par le plan de restructuration.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution