Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 1 Mars 2008 à 00:00

FIN DE LA GRÈVE DES SCÉNARISTES AUX ÉTATS-UNIS: les consèquences

La grève des scénaristes qui sévissait depuis trois mois paralysant l’industrie audiovisuelle américaine vient de s’achever. La Writers Guild of America (WGA) a en effet signé un accord de trois ans avec l’Alliance of Motion Picture and Television Producers (AMPTP). Si les scénaristes affichent leur satisfaction de l’accord conclu, les conséquences à moyen et long terme seront peut-être plus nuancées pour cette profession.

1/ L’arrêt de la grève
92.5% des membres votant de la Writers Guild of America ont ratifié mardi 12 février la proposition d’accord entre la WGA et le syndicat
des producteurs, l’AMPTP, mettant ainsi fin au conflit social le plus important dans ce secteur depuis vingt ans. La grève, entamée le 5
novembre, aura duré quatorze semaines et entraîné des pertes pour l’économie californienne estimées à 2 milliards de dollars, quatre fois
plus que la précédente grève de 1988, d’une durée pourtant supérieure. Outre l’augmentation de 3.5% du tarif syndical minimum pour les
scénarios de cinéma et de télévision, l’accord qui sera signé pour une durée de trois ans, prévoit le doublement des droits d’auteurs des
scénaristes pour les films et les séries vendus en ligne. Pour les séries diffusées ou rediffusées gratuitement sur ces supports numériques,
les scénaristes ont obtenu de percevoir, pendant les deux premières années de mise en ligne, une somme fixe de mille deux cents dollars
par an et par programme d’une heure, puis, la troisième année, deux pour cent des recettes du distributeur. D’autres rémunérations sont
également prévues suivant les différents types de programmes téléchargés sur les plateformes numériques.

2/ Conséquences immédiates de l’arrêt de la grève
Les chaînes nationales américaines (networks) ont perdu entre 5 et 10 % d’audimat aux principales heures d’écoutes pendant la grève. Il
était donc urgent pour celles-ci et notamment pour ABC et CBS qui diffusent plusieurs des fleurons des séries américaines, de remettre le
plus vite possible en route la production de nouveaux épisodes. La production de la série Grey's Anatomy (ABC) devrait ainsi reprendre
début mars, permettant la diffusion de 4 ou 5 épisodes en avril et en mai. Un plan identique devrait être mis en place pour 3 autres succès
de la chaîne : Desperate Housewives, Ugly Betty et Brothers & Sisters. En revanche, les nouvelles séries lancées cette saison, et qui ont
déjà reçu une commande pour une saison complète (comme Pushing Daisies) reprendront probablement la production cet été, afin d'arriver
à l'automne avec une réserve d'épisodes. Un scénario similaire est attendu d’autres grandes chaînes, CBS et NBC : de nouveaux épisodes
des le printemps des séries « historiques » et diffusion à l’automne des séries prometteuses lancées cette année. Seule Fox a d’ores
et déjà choisi de repousser à la rentrée la diffusion des nouveaux épisodes de sa série phare 24 heures. Plusieurs séries font directement
les frais de la grève et ne reprendront pas la production (Bionic Woman, Journeyman…) et les cases libérées sur les networks sont
occupées par des séries produites par des chaînes filiales et des émissions de télé-réalité (American Idol, The Moment of Truth…).
Les projets sont en revanche largement revus à la baisse. Les chaînes diminuent le nombre de pilotes qu'elles développeront pour la saison
2008/2009. Après CBS la semaine dernière, Fox et CW ont annoncé l’abandon de nombreux projets de séries (près de 70 développements
au total). Chaque année, les chaînes développaient plusieurs dizaines de pilotes, sélectionnaient les meilleurs, diffusés en fin de
saison, pour une diffusion des séries à partir de septembre. Avec la grève, les chaînes remettent en cause ce système de production favorable
aux scénaristes, rémunérés pour l’ensemble des pilotes écrits, quel que soit l’avenir de ces derniers. Il semble que les chaînes souhaitent
désormais se concentrer sur quelques pilotes jugés à priori les plus prometteurs.

3/ Les conséquences à plus long terme
L’autre préjudice, plus difficile à évaluer, concerne l’impact sur le public et sur les networks elles-mêmes. Dans ce pays où le taux d’équipement en câble des foyers est de l’ordre de 92%, les séries servent de produits d’appel aux grandes chaînes américaines.
Malgré le succès des séries, les chaînes ABC et NBC ont perdu presque la moitié de leurs téléspectateurs en douze ans. Seule Fox a su
limiter cette chute grâce à ses émissions de télé- réalité (un peu moins d’un million de téléspectateurs perdus). Ce succès, la chute des
audiences (relative contre toute attente pendant la grève) et la dépendance des auteurs ont entraîné une réflexion des chaînes de télévision
quant à l’évolution des grilles des prochaines années. Les chaînes s’orientent donc vers un recours plus important à la télé-réalité
(American Gladiators sur NBC, The Moment of Truth sur Fox et Big Brother sur CBS sur les écrans actuellement).
Les méthodes de production des séries sont également susceptibles d’évoluer. Actuellement le processus créatif de développement est
concentré sur l’hiver et le printemps, avec une présentation des nouveautés aux annonceurs publicitaires en mai et un lancement à la rentrée
suivante. La grève a brisé ce rythme en 2008 en ne permettant pas la mise au point de projets détaillés (« bibles ») et cohérents. On
pourrait assister dans les prochaines années à un étalement de la programmation des séries tout au long de l’année qui permettrait en
outre, une plus grande flexibilité dans la négociation avec les annonceurs publicitaires. L’hypothèse serait de ventiler les lancements de
série, évitant ainsi la concentration de l’automne et le retrait de l’antenne de la moitié de ces séries après quelques semaines d’antennes.

4/ Conséquences en France
Les chaînes françaises, TF1, M6 et Canal+ notamment, ont suivi les grèves des scénaristes américains avec attention. Les séries américaines
réalisent désormais leurs meilleures audiences en prime-time et pour certaines des séries phares (Grey's Anatomy, Lost, Heroes…),
le stock d’épisodes inédits dont elles disposent est faible. Les chaînes françaises prévoient donc de lancer rapidement quelques
séries encore inédites : Private Practice pour TF1, Californication pour M6, Dirty Sexy Money et Damages pour Canal+.
Les séries françaises devraient indirectement profiter de la grève des scénaristes américains puisque les chaînes prévoient de remplacer
certaines cases laissées libres par des productions nationales. M6 veut ainsi lancer la deuxième saison des Bleus plus rapidement que
prévu et a commencé à diffuser Cellule identité.

Même si, à l’image du célèbre documentariste américain Michael Moore qui a déclaré que « cet accord était un exemple rare de victoire
d’un syndicat contre les employeurs », les scénaristes pensent être sortis vainqueurs de cette longue grève, les conséquences à moyen et
long terme pourraient être plus nuancées pour cette profession. La diminution du nombre de pilotes produits et du montant des investissements
sur ces pilotes ainsi que la multiplication des émissions de télé-réalité pourraient diminuer à terme les revenus globaux pour les scénaristes.
L’avancée sur la rémunération des diffusions des oeuvres cinématographiques et télévisuelles sur les nouveaux médias est avant
tout symbolique puisque la rentabilité de ces diffusions est encore aujourd’hui incertaine et ne pourra être vérifiée qu’à moyenne échéance.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution