Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 5 Mars 2008 à 00:00

"Pékin Express" : pour le Canard Enchaîné, tout est "bidon" !

Nouveau pavé dans la mare lancé par le Canard Enchaîné.

Le journal satirique s'attaque cette fois-ci à Pékin Express, le jeu de piste de la Six. Dans un article intitulé Les aventuriers de M6 dans une course bidonnée, Christophe Nobili dénonce la scénarisation du programme ; une enquête étayée par de nombreux documents et témoignages. Extraits.

« Ils sont puants »

L'hebdomadaire raconte qu'une équipe technique, composée « d'un "journaliste" et d'un cameraman », accompagne chaque binôme d'aventuriers. Ces accompagnants récupèrent « avant chaque étape des "consignes éditoriales" rédigées par les patrons de Studio 89, la boîte de M6 qui produit l'émission. Selon les besoins de l'audimat, la production dicte ainsi ses choix et ses préférences, dans un langage très fleuri » écrit le Canard qui cite plusieurs exemples dont celui-ci : « A la veille d'un épisode tourné en Bolivie, en octobre dernier (et diffusé le 4 mars), Terence et Olivia progressent trop vite. "Attention à Terence et Olivia ! ordonne la prod' aux accompagnateurs. Ce petit couple aux faux airs angéliques se révèle être de vraies vipères depuis deux étapes, un véritable poison (…) Le plus emmerdant est qu'ils protègent leur image (…) Ils sont puants, fourbes, manipulateurs et menteurs (…) Faites en sorte de ne pas les laisser s'en sortir comme ça ! ».

Mutinerie

Le Canard Enchaîné révèle également qu'une mutinerie a éclaté parmi les aventuriers. « Le 24 octobre, à Sucre, en Bolivie, le duo Terence-Olivia [a piqué] une crise sur le tournage. Pour eux, le jeu est "truqué", ils parlent d'"abandonner" (…) Mais l'animateur Stéphane Rotenberg les ramène à la maison ».



Des journalistes témoignent

L'article ne s'arrête pas là. Plusieurs anciens responsables et participants de l'émission témoignent. Ainsi, Philippe Bartherotte, ancien journaliste sur l'émission, a claqué la porte pour ne pas cautionner les « manœuvres frauduleuses » de la production. Il raconte ainsi que « sur ordre de la production, [il a] parfois fait en sorte de ralentir [ses] candidats ou de les aider à rattraper leur retard. [Il a] payé des gens pour qu'ils prennent [ses] candidats en stop ». Christophe Gallot, chef de projet actuel de Pékin Express, s'est également plaint auprès de la chaîne : « J'ai été témoin de méthodes rédactionnelles visant à favoriser certaines équipes. Mais j'ai dénoncé ces faits à plusieurs reprises auprès de la production et de M6. »

Le producteur reconnaît des « consignes éditoriales »

Interrogé par le Canard, le producteur de l'émission Philippe Stoltz reconnaît l'existence de « consignes éditoriales ». « On veut juste que les candidats soient à l'aise. Mais ces consignes ne se voient pas à l'image, c'est le résultat final qui compte. Et elles sont laissées au libre arbitre des participants. Ils les suivent ou non » a-t-il poursuivi.

Source: immedia.biz/le canard enchaîné.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution