Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 6 Mars 2008 à 00:00

La téléréalité "condamnée sous sa forme actuelle"

La polémique autour de l'émission de M6 "Pékin Express", qui serait truquée, montre que la téléréalité est "condamnée sous sa forme actuelle", estime le sémiologue François Jost qui suggère de parler plutôt de "jeux de rôles".

Dans son édition de mercredi, le Canard Enchaîné publie un article intitulé "Les aventuriers de M6 dans une course bidonnée" à propos de l'émission "Pékin Express". Le journal satirique affirme que des "consignes" rédigées par la société de production de l'émission "sont distribuées aux journalistes chargés de suivre les candidats avant chaque étape". Les journalistes censés être totalement impartiaux sont en fait encouragés par la production à intervenir dans la course, selon le journal.

"Cette affaire ne me surprend pas, car ça fait des années que je suggère de parler de télévision de jeux de rôles plutôt que de téléréalité. Il est évident que depuis le départ, il s'agit de jeux de rôles: les gens sont mis dans situations où ils doivent jouer un rôle", dit à l'AFP ce spécialiste auteur de "L'empire du loft (la suite)" (éd. La dispute). François Jost rappelle le récent procès opposant les candidats de "L'île de la tentation" à leur producteur, une filiale de TF1, sanctionnée pour avoir violé le code du travail. Les candidats réclamaient un vrai contrat de travail pour leur participation à l'émission.

"Aujourd'hui, il commence à devenir clair que les candidats se livrent presque plus à un travail qu'à un jeu", insiste le professionnel. Les émissions de téléréalité sont-elles scénarisées ? Pour lui, il faut distinguer entre émission en direct et émission enregistrée. "Dans du direct comme +Loft Story+, on indique aux candidats des activités, on les met sur des rails en leur faisant jouer des soirées à thèmes", explique-t-il. Le producteur a une vision globale de ce qui peut arriver, l'émission étant diffusée dans des dizaines de pays.

Pour les émissions enregistrées comme "L'île de la tentation", "Koh Lanta", "Pékin Express" ou "Bachelor", nécessitant des dizaines d'heures de tournage pour ne garder qu'une heure et demi hebdomadaire, "il est évident qu'il y a un choix éditorial". "On demande très souvent aux candidats de rejouer une scène parce qu'elle ne semblait pas sincère ou que le cameraman était mal placé", dit François Jost. Mais le téléspectateur n'est pas forcément dupe. Pour le "Bachelor", par exemple, la chaîne diffuse le bétisier de l'émission.

"Ces bidonnages sont graves si on a la naïveté de croire que ces émissions sont complètement la réalité. Ils ne sont pas graves si on les compare à n'importe quel sujet d'info télévisée où on fait refaire telle ou telle scène. Même un ministre peut rejouer des scènes pour un reportage", souligne-t-il. Il juge "le téléspectateur un peu naif d'oublier qu'il y a toujours une caméra et un preneur de son" dans un programme comme "Pékin Express".

"A l'avenir, l'étiquette téléréalité va perdre de son sens, de sa crédibilité et disparaître sous sa forme actuelle", prédit François Jost. Et de pronostiquer le retour à de bonnes vieilles recettes comme "Fort Boyard" un jeu qui fait le bonheur de France 2 depuis 15 ans.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution