Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 7 Mars 2008 à 00:00

La maison numérique n'a pas encore rempli toutes ses promesses

Rêve né dans les années 1970, la maison numérique n'est pas parvenue à s'imposer dans le quotidien des consommateurs rebutés par des solutions souvent trop complexes, une situation qui est toutefois en train de changer lentement.

Le salon européen Cebit, qui se tient jusqu'au 9 mars à Hanovre (nord), consacre un espace à l'habitat du futur, du bureau où on peut surfer sur cinq écrans en même temps et transférer des photos de l'un à l'autre en un clic à la salle de bains où un écran étanche assure un visionnage de films en toute tranquillité, même sous la douche. Le groupe français Thomson a également présenté des technologies accentuant la convergence entre l'internet, la télévision et le téléphone: une tablette wi-fi donnant accès aux programmes télévisés et à la vidéo à la demande ou encore un appareil faisant office à la fois de téléphone et de radio internet sans fil.

Mais "nous sommes encore très loin d'un concept de maison numérique totalement intégrée", où tous les équipements de la maison pourraient communiquer entre eux, dans des domaines aussi divers que l'électricité, le chauffage, la sécurité, la téléphonie, l'informatique et l'audiovisuel, estime Claude Floch, directeur marketing de l'institut GfK. "L'intégration de fonctions sophistiquées reste marginale", dit-il. François-Xavier Jeuland, auteur de "La maison communicante", n'est pas tout à fait de cet avis et parle d'une "accélération du marché de la domotique depuis deux à trois ans".

Estimé à un peu plus de 200 millions de dollars en Europe en 2006, il devrait doubler d'ici 2013, selon une étude récente. Pour ce spécialiste, toutes les conditions sont aujourd'hui réunies pour un décollage. Tout d'abord, "le frein économique est levé", assure-t-il: le surcoût entraîné par la mise en place d'un système domotique lors de la construction est évalué à 4% seulement.

En revanche, une telle installation une fois la maison bâtie peut se révéler beaucoup plus onéreuse. Plus important, les consommateurs, autrefois méfiants, "sont aujourd'hui sensibilisés au sujet avec le développement de l'internet haut débit". De même ils souhaitent pouvoir rester en lien avec leur maison après l'avoir quittée, par exemple pour être prévenus par SMS en cas d'effraction ou de fuite d'eau ou à l'inverse, activer à distance le chauffage de la résidence quelques heures avant leur retour de vacances.

"Aujourd'hui les clients commencent à en avoir envie: ils s'équipent de PC, de mobiles, de téléviseurs, d'appareils photo, de cadres photos, de disques durs externes. Ils téléchargent de la musique, filment. Tout est numérique et pourrait être échangé, passer d'un appareil à un autre", affirme aussi Georges Penalver, directeur marketing stratégique d'Orange. Face à cette demande, l'opérateur vient de créer une société, "Soft At Home", avec Thomson et Sagem Communications, pour élaborer une norme commune afin de rendre compatibles tous ces produits, le marché "se heurtant à l'absence de standardisation".

Au-delà de la frénésie numérique du grand public, la maison intelligente a un atout de taille dans sa poche: l'argument écologique. "Par des commandes très simples, il est possible d'optimiser sa consommation et ainsi de réduire ses dépenses d'énergie", explique M. Jeuland qui cite en exemple l'Allemagne et la Suisse, très en avance dans ce domaine. Concrètement, une simple consultation du tableau de bord permet de détecter le produit le plus "énergivore". Autre application: en installant des capteurs sur les volets roulants, on peut ordonner qu'ils se lèvent automatiquement en plein hiver au moindre rayon de soleil et que le chauffage s'éteigne simultanément.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution