Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 10 Mars 2008 à 00:00

Le salon hi tech CeBIT reprend des couleurs, mais la concurrence est rude

Le salon technologique allemand Cebit, le plus grand du monde, a repris quelques couleurs cette année face à une concurrence mondiale toujours plus pressante.

La foire a attiré 495.000 visiteurs du 4 au 9 mars, soit une fréquentation en hausse de 3% sur un an, alors même que l'événement a été raccourci d'une journée, selon des chiffres publiés dimanche. De quoi faire oublier un peu que le nombre d'exposants continue quant à lui à baisser: -5% entre 2007 et 2008, à 5.800 cette année. Ce que les organisateurs expliquent par la force de l'euro, qui décourage les entreprises étrangères, et par les fusions dans le secteur, qui réduisent le nombre d'acteurs.

"L'événement a créé un nouvel élan d'optimisme et laisse espérer de grandes choses à venir dans le domaine des technologies de l'information" et les entreprises sont reparties avec "des carnets de commandes débordants", s'est félicité Ernst Raue, organisateur en chef, dans un communiqué. Il semblerait donc que la nouvelle formule ait payé: cette année, les organisateurs du Cebit avaient décidé de tout miser sur un public de professionnels. Résultat: une durée réduite pour faire baisser les coûts d'exposants, moins de gadgets dernier cri pour le grand public et plus de conférences spécialisées pour les fabricants de processeurs, logiciels et autres écrans plats.

Pour l'impact médiatique, le Cebit avait invité le patron de Microsoft Steve Ballmer, qui a rempli son contrat lors de la cérémonie d'ouverture avec un discours volontiers visionnaire. La chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy, aux relations souvent chaotiques, ont complété le tableau. Pour le reste, pas de grands lancements de produits, pas non plus d'annonces fracassantes de la part des entreprises présentes. Le thème mis en avant des "technologies vertes" n'a quant à lui pas toujours convaincu, relégué qu'il était sur un stand peu étendu, au fin fond d'une halle plutôt excentrée. L'organisation Greenpeace pour sa part a remarqué" qu'il restait "beaucoup à faire" en matière d'économies d'énergie et de recyclage des appareils électroniques.

S'il se réveille, le Cebit, qui existe depuis 1986, est loin de renouer avec sa splendeur passée, celle de la bulle internet et du début du XXIe siècle. Même si Ernst Raue assure dimanche que "les jours de l'euphorie technologique sont revenus..." En 2001, la surface d'exposition et le nombre de visiteurs étaient quasiment le double d'aujourd'hui. L'industrieuse Hanovre a donc encore fort à faire pour assurer définitivement sa domination sur la scène hi tech, face à une concurrence de plus en plus féroce.

La saison s'ouvre début janvier avec le Salon de l'électronique grand public CES de Las Vegas, qui déborde de nouveautés en tous genres. Suit début février le Congrès mondial de la téléphonie mobile de Barcelone, au succès croissant. Mais la concurrence ne vient pas seulement de l'étranger. En Allemagne , le salon d'électronique grand public IFA de Berlin va désormais se tenir à une fréquence annuelle au lieu de tous les deux ans, à l'automne, c'est-à-dire à l'approche des fructueuses fêtes de fin d'année. Et quelques fabricants de s'interroger sur la nécessité de faire deux fois par an le déplacement en Allemagne...

Dans le domaine des jeux vidéo et des consoles, le Cebit subit de plein fouet la concurrence de la Games Convention, qui va quitter l'an prochain Leipzig (Est), jugée trop mal desservie et étriquée, pour s'installer à Cologne (Ouest). Un déménagement clairement destiné à attirer davantage de public et donner plus d'ampleur à l'événement.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution