Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 22 Mars 2008 à 00:00

Quelle TNT pour la Réunion ?

Meilleure qualité d’image et de son, offre de programmes élargie, baisse du coût de la diffusion : la TNT, prévue pour 2010 à la Réunion, possède bien des avantages.

Si elle peut être une chance d’éclosion de nouvelles chaînes locales, elle rimera aussi avec l’apparition d’une concurrence nationale plutôt rude.

Avec le numérique, quelle télé pour demain à la Réunion ? C’est la question qu’a posée hier matin Alain Méar, le Monsieur TNT du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), à un aréopage d’acteurs de l’audiovisuel réunionnais. Une cinquantaine de personnes ont ainsi apporté leur réflexion sur les modalités de mise en place de la TNT sur l’île. Sur cette base, Alain Méar remettra fin avril un rapport au gouvernement, qui lancera alors deux appels d’offres : l’un à destination des chaînes nationales privées, l’autre envers les télés locales. Le processus devrait aboutir, selon M. Méar, à un lancement de la TNT à la Réunion “courant 2010, de préférence en début d’année”.

L’idée est de ne pas reproduire forcément le schéma métropolitain à l’identique, mais de trouver des solutions “pour apporter aux téléspectateurs une offre élargie au maximum, sans casser l’existant, insiste le sage du CSA. La TNT doit être une addition, une démultiplication, pas une soustraction.” L’existant, ce sont les chaînes locales, et d’abord Antenne Réunion, dont le fond de grille puise largement dans les programmes de TF1 et M6. Or si ces deux chaînes débarquent sur les écrans péï via la TNT, Antenne risque de souffrir plein pot. Pour lui laisser le temps de s’adapter, Alain Méar prône plutôt “une introduction progressive” des chaînes susceptibles de déstabiliser le paysage local.

LA PUB, NERF DE LA GUERRE

Mais alors, quelles chaînes seront proposées aux Réunionnais ? La question reste ouverte. Entre l’ensemble des 18 chaînes de l’offre TNT nationale, et l’assurance d’une base constituée des chaînes publiques de France Télévisions, il semble qu’un cocktail soit à inventer, afin de préserver l’équilibre du marché publicitaire local. L’audience, donc la pub, est bien le nerf de la guerre. Pour Alain Méar, il ne serait pas pertinent d’autoriser la pub nationale sur les écrans réunionnais. “Cela libère donc une place. L’idée serait de l’occuper par de la création locale, mais les chaînes ne sont pas des philanthropes. Cela pourrait donc être de la pub locale, réalisée localement.”

En effet, face à l’arrivée de ces nouvelles chaînes, les acteurs réunionnais ont tous souligné hier l’importance de préserver voire d’encourager la production péi, dont Alain Méar reconnaît “la très grande richesse”. Tout dépendra du cahier des charges décidé in fine par le gouvernement. La suppression de la pub sur RFO, non encore formalisée, apportera une nouvelle manne aux autres. “Cela ne fait que 5 millions d’euros net. Avec la déperdition du marché, s’il reste 1,5 million d’euros, ce sera magique. Et ce sera ça qu’il faudra se partager”, souligne Christophe Ducasse, PDG d’Antenne Réunion, pessimiste quant à la naissance de nouvelles chaînes locales.

“On est passé par un dépôt de bilan, on sait d’où on vient.” La TNT, en permettant de passer six chaînes sur une même fréquence (contre une seule aujourd’hui), divisera d’autant les coûts de diffusion et libérera des places. Est-ce pour autant que les candidats locaux se bousculeront au portillon ? Alain Méar estime en tout cas que la TNT leur offre “une vraie chance d’éclosion”. Y compris pour des chaînes de proximité et associatives, diffusées sur une petite partie de l’île, comme Télé Kréol, “qui se moquent de la publicité”. “Il peut revenir à la Région de les aider à s’équiper”, sachant que le numérique impose “des exigences fortes” en termes de qualité d’image. S’il est encore difficile de connaître le futur visage du petit écran réunionnais, une chose est sûre : il va enfin changer et s’enrichir.

Sylvain Amiotte /clicanoo.com

LA TNT AU FIL DES DÉBATS

La TNT au fil des débats En 2010, seulement : Alors que la TNT a été lancée dès fin 2005 en métropole, de nombreux Réunionnais s’insurgent du retard pris par les Dom et la Réunion. Alain Méar botte en touche en rappelant qu’il a reçu sa lettre de mission du gouvernement seulement fin décembre. “Mais nous faisons le plus vite possible. En métropole, seuls 30 % des gens ont la TNT et ce ne sera 100 % que fin 2011. À la Réunion, tout le monde l’aura en 2010 car l’insularité nous permettra d’aller très rapidement.” Le retard se transformerait donc en avance…

En différé ou en instantané : Face au décalage horaire, comment faudra-t-il diffuser les programmes des chaînes nationales de la TNT outre-mer ? En différé ou en instantané, la réponse n’est pas tranchée.

Les chaînes des Dom visibles en métropole : Alain Méar se dit favorable au principe de “réciprocité” qui permettrait aux chaînes locales d’outre-mer d’être diffusées en métropole via la TNT. Une demande forte des téléspectateurs des communautés ultramarines, qui permettrait aussi d’élargir l’audience des chaînes locales.

Rayonnement dans l’océan Indien : L’arrivée du numérique doit permettre à la télévision française réunionnaise de rayonner régionalement (Madagascar, Mayotte…), soutiennent de concert les acteurs de l’audiovisuel réunis hier. L’un d’eux a rappelé qu’à ce titre-là, le choix du “tout-terrestre franco-français” serait une erreur, le satellite se révélant plus judicieux à “l’exportation”.

Antenne râteau ou parabole ? Une bonne partie du débat a porté sur le choix technique de diffusion de la télé numérique : faut-il l’acheminer par voie terrestre (et câble sous-marin) ou par satellite ? Le premier système, défendu notamment par TDF, présente l’avantage d’être déjà en place dans tous les foyers : c’est la traditionnelle “antenne râteau”. Il est gratuit et plus robuste aux intempéries. Le satellite, lui, défendu par l’opérateur Canal Overseas (Canal+ et CanalSat), arrose large et partout (hors de la Réunion aussi), et ne nécessiterait pas d’investissements dans les émetteurs terrestres. Fonctionnant au solaire, il serait aussi moins gourmand en énergie. Mais la non-gratuité de la parabole, même si 50% des Réunionnais sont déjà équipés, semble rédhibitoire, car contraire aux principes de la TNT fixés par la loi.

REPÈRES
“Il y aura des chaînes au tapis” Les chaînes de la TNT doivent avoir les reins solides pour survivre. Alain Méar cite i-télé et Direct 8, qui tiennent grâce au soutien de leurs groupes (Canal + et Bolloré) mais accuseraient chacune un déficit de près de 35 millions d’euros pour un chiffre d’exploitation de 40 millions. “Elles gagnent de l’audience tous les mois et s’équilibreront d’ici cinq ans”, estime Alain Méar, qui rappelle la future aubaine de la manne publicitaire des chaînes publiques (“900 millions d’euros”). “Mais c’est sûr, il y aura des chaînes au tapis.”

Source : Clicanoo.com.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›

Vos réactions

Slob2000 | Mercredi 14 Mai 2008 à 19:04
2010 ,c'est bien loin .
Mais à cette date quel sera le pourcentage de tv tnt à la Reunion ?
Faible , car surprise en mai 2008 de grandes enseignes vendent toujours des télévisions sans décodeur tnt intégré .Ce qui est contraire à la loi qui ,depuis le 10 mars 2008 ,fait obligation de vendre des télévisions avec décodeur tnt.
Donc peu de foyers profiteront de la tnt en 2010 .
Un autre probléme , celui de l'échéance de novembre 2011 avec la fin de la diffusion en analogique , cela va faire beaucoup de frais pour acheter des décodeurs tnt pour tous les postes d'une maison.
Avec tous ces retards , on ne réalise pas les changements qui approchent à la Reunion et on n'aura qu' un an pour s'adapter alors que la métropole aura eu 6 ans ( apparition de la tnt en 2005).
FADA | Vendredi 20 Novembre 2009 à 07:47
La T N T aurais du être mise en place a la réunion ,ce retard prouve bien que l' état porte peu d'intérêt envers la population réunionnaise car si les dom étaient sa préoccupation première la t n t existerait bien a la réunion les lobis font pressions (bouquets satellites) qui grèvent lourdement le pouvoir d'achat des plus démunis car c' est leur seule distraction le petit écran
Rem974 | Samedi 16 Janvier 2010 à 14:59
oui, en bref, à la Réunion on est français pour les taxes et autre impots mais pour la TV, internet , gsm etc ... on a plus le droit à rien !
Rem974 | Samedi 16 Janvier 2010 à 15:02
c'est vraiment l'arnaque à la Réunion, les forfaits pourris pour internet 4 fois plus chers qu'en Métropole ... quand même, il y a de l'abus ... et payer une redevance TV pour 3 misérables chaines ... de qui se moque t'on ?
CLAUDE | Jeudi 4 Février 2010 à 03:24
Verra t-on un jour enfin arriver sir nos tv ces chaines gratuites sidemandées et si attendues. Nous sommes les derniers a l'avoir et ne nous sommes loin de la voir. Nous sommes des des bons payeurs meme
bouquet satellite par la, bouquet internet par ci et tout ça très cher, quand verrons nous du gratuit.
Si par la meme occasion on pouvait revoir le prix du bouquet internet sur la Réunion, ce serait l'idéal. Un téléphage fatigué de payer
Fada | Jeudi 22 Avril 2010 à 11:58
On se fou de nous les domiens car la mise en place de la T N T est dictée par les opérateurs des bouquets satellites qui grèvent lourdement le pouvoir d'achat des gens les plus démunis dont le retard de sa mise en place moi même mon pouvoir d'achat me le permettrais mais j'ai renonce car j'estime que le service public doit être assure.
Kaf blanc | Vendredi 1 Octobre 2010 à 12:25
que du foutage de gueule la tv a la reunion memes les chaines payantes comme canal+ ou il passe que des rediffusion vivement ma date resiliation.
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution