Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 13 Février 2001 à 00:00

"Derrière le miroir - Les hommes politiques à la Télévision"

De "A armes égales" jusqu'à l"Entretien" qu'il anime actuellement sur France 2 avec Arlette Chabot, en passant par "Cartes sur table" ou "L'heure de vérité", le journaliste Alain Duhamel connait parfaitement le personnel politique.

Ses portraits sonnent presque toujours juste, même s'il pèche parfois par indulgence. Alors que les Français "ne se sont jamais autant défiés de la politique à la télévision", il analyse le rapport des politiques avec l'étrange lucarne, "extraordinaire révélateur de personnalités".

Certains sont "souverains", particulièrement à l'aise à la télévision comme Valéry Giscard d'Estaing, d'autres ont su "apprivoiser" ce media comme François Mitterrand ou Jacques Chirac. Quant à Lionel Jospin, "personne ne peut se targuer d'avoir dominé à la télévision", dit Alain Duhamel qui décrit les hommes politiques avec leurs forces, leurs faiblesses, leur charisme ou leurs petitesses.

Les "stars" populaires comme Jacques Delors qui choisit la télévision pour annoncer son renoncement à briguer la présidence de la République, le "charisme hors du commun" de Bernard Tapie ou encore Philippe Séguin, "la personnalité la plus fantasque du monde politique traditionnel". Sans oublier des personnalités disparues comme le communiste Georges Marchais. François Hollande, premier secrétaire du PS, "rapide, subtil et fin comme un omble-chevalier", est classé dans les "hiérarques", tout comme François Bayrou, président de l'UDF.

Roland Dumas fait bien sûr partie des "séducteurs". Il "possédait toutes les cartes pour conquérir les autres" mais a "tout gâché", écrit Alain Duhamel. Séducteurs aussi Jack Lang, actuel ministre de l'Education nationale, "la quintessence de la séduction politique", et Dominique Baudis, député-maire de Toulouse devenu depuis président du CSA (Conseil supérieur de l'Audiovisuel).

Une petite incursion parmi les "princes étrangers" permet aussi à l'auteur d'évoquer le défunt président Sadate, le roi Hassan II du Maroc ou le roi Hussein de Jordanie.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution