Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 5 Avril 2008 à 00:00

Verizon mise gros sur le développement des échanges de données mobiles

L'opérateur téléphonique américain Verizon, qui a déboursé 9,36 milliards de dollars pour acquérir un réseau de fréquences haut-débit couvrant tout le territoire américain, a expliqué vendredi qu'il prévoyait une explosion des échanges de données mobiles à l'avenir.

La FCC (Federal Communications Commission), l'autorité américaine de régulation de médias, a vendu aux enchères en mars un millier de fréquences du spectre des 700 MHz, abandonnées par les chaînes de télévision contraintes de passer au numérique en février 2009. Ces enchères lui ont rapporté 19,6 milliards de dollars, avec Verizon comme premier acheteur, suivi de son rival AT&T, qui a dépensé plus de 6 milliards.

Verizon s'est déclaré très satisfait de ces enchères et annoncé que le nouveau réseau haut débit démarrerait réellement en 2010, avec la norme de téléphonie de 4e génération LTE. "Actuellement, la part des échanges de données dans les recettes de la téléphonie mobile -- surf sur internet, courriels, messages instantanés, envois de photos, etc. -- représente environ 20% du total, mais à l'avenir elle dépassera les 50%", a pronostiqué le PDG Verizon Wireless CEO Lowell McAdam dans une conférence téléphonique.

"La voix ne sera plus qu'accessoire par rapport aux données", a-t-il ajouté. "Les téléphones fixes connectent les endroits, les téléphones mobiles connectent les personnes, mais les données mobiles connecteront tout: non seulement les personnes, mais aussi les personnes aux appareils, et les appareils entre eux. L'impact des données sur nos recettes n'a que commencé", a-t-il jugé. "Aujourd'hui, le marché des téléphones mobiles a conquis 84% de la population. Mais avec les données, nous pourrons dépasser 400% ou plus, car il y aura plusieurs point de connexions associés à chaque personne", a-t-il poursuivi.

M. McAdam a prédit une "convergence totale" entre les appareils, évoquant par exemple des connexions entre téléphones mobiles, ordinateurs et télévision, avec "toute sorte d'offre groupées" qui apparaîtront. "Pour acquérir ce spectre de fréquence, nous avons dépensés ce que nous pensions. Cela accroît de 60% notre couverture aux Etats Unis et nous donne l'avantage pour le niveau du débit de données. Et ainsi nous n'aurons pas à acheter des fréquences à l'avenir".

Interrogé sur la nouvelle contrainte imposée par la FCC d'accepter tout les appareils sur ce nouveau réseau ouvert, Verizon a jugé l'enjeu bien plus grand. "Avec tous les échanges entre appareils, l'évolution du marché va bien au delà de ces petites contraintes", a estimé son PDG. Google, qui avait milité pour un marché ouvert et participé aux enchères, a de son côté indiqué sur son blog jeudi soir qu'il avait obtenu ce qu'il voulait: l'assurance que le réseau serait ouvert à tous les appareils -- ce qui offre un débouché aux futurs téléphones équipés de son logiciel pour mobile Android, qui devraient, selon le groupe, apparaître plus tard cette année.

Google a offert 4,6 milliards de dollars pour la portion des fréquences comportant un réseau à couverture nationale -- offre que Verizon a dépassée avec 4,7 milliards. Mais le groupe internet a souligné que son but en participant n'était que de s'assurer que les offres dépasseraient le prix de réserve de 4,6 milliards imposé par la FCC, la condition posée pour que le futur nouveau réseau soit accessible à tous les appareils téléphoniques.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution