Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 8 Avril 2008 à 00:00

Protéger la planète à la TV: informer, conseiller, mais ne pas effrayer

La télévision, avec ses millions de téléspectateurs, est le média idéal pour faire prendre conscience des dangers des changements climatiques et aider à adopter de nouveaux comportements.

Mais les programmes "écolos" doivent séduire sous peine de voir le public s'enfuir. Le MIPTV, l'un des principaux marchés mondiaux de l'audiovisuel, qui a démarré lundi à Cannes, dans le sud de la France, consacre une journée entière à la télévision verte, "ce qui montre à quel point ce sujet est devenu important pour le monde de la télé", souligne Cassie Farrell, productrice britannique. "Mais notre défi est de traiter ces questions d'une manière qui séduise les gens". "Il est difficile de dire clairement les choses, sans trop effrayer, et en s'efforçant d'avoir de l'audience", renchérit Yann Arthus-Bertrand, photographe et auteur d'une série à succès, "La Terre vue du ciel". Pour lui, "il faut faire naître l'émotion, grâce à la beauté des images, qui n'empêche pas le message de passer".

Ces programmes "écolos", diffusés en première partie de soirée, doivent aussi selon lui, "montrer ce qui marche, donner des exemples de gens qui essayent de faire avancer les choses afin que le téléspectateur puisse se dire +moi aussi, à mon échelle, je peux agir+". La télévision, média de masse, peut "amener l'écologie au coeur des consciences, et alors tout devient facile". Même volonté de "positiver" pour la chaîne américaine Sundance, créée par l'acteur-réalisateur Robert Redford, qui diffuse depuis un an tous les mardis à 21H00 "The Green", un programme qui veut servir "d'inspiration pour vivre plus vert". "Il s'agit de montrer les petits pas que chacun peut faire dans sa vie quotidienne", explique Laura Michalchyshyn, l'une des responsables.

Sundance Channel invite également des personnalités du cinéma pour séduire un public jeune. Les Britanniques, réputés pour l'excellence de leurs fictions et leur habileté à traiter de sujets contemporains complexes, se sont engouffrés dans la brèche. En juin, BBC2 diffusera "Burn up" ("Cramé"), un film en deux parties sur un scénario de Simon Beaufoy, l'auteur des "Full Monty". "Le film a été délicat à financer car c'est un nouveau territoire pour la fiction", raconte Simon Beaufoy. "Le changement climatique est un ennemi invisible, ce qui est un gros problème pour un auteur de fiction. C'est aussi un sujet très compliqué, et en plus, comme tout le monde a une part de responsabilité, cela peut donner un film où on se sent tous mal à la fin".

"La seule façon que j'ai trouvée pour aborder ce thème a été de bâtir un thriller, qui parle du changement climatique et de l'industrie pétrolière", ajoute M. Beaufoy. Sur un rythme haletant, le film promène le télespectateur du Proche-Orient aux Etats-Unis, en passant par l'Europe et le cercle arctique. Il plonge aussi le public au coeur des réunions de l'ONU ou des dirigeants de grands groupes pétroliers. L'histoire racontée est une fiction mais "tout ce qui se rapporte au changement climatique a été validé par des scientifiques", précise l'auteur.

Autre lieu pour interpeller le public: le bulletin météo. "Nous sommes là tous les jours, à des heures de grande écoute, pendant une, deux ou trois minutes", souligne Tomas Molina, présentateur météo espagnol. Pour la présentatrice française Evelyne Dheliat, "nous sommes le maillon entre les scientifiques et le public". "Le bulletin météo est bref et le public veut surtout savoir le temps qu'il fera demain. Il nous faut donc être court et concret: +éteignez les lumières, ralentissez en voiture...+", souligne-t-elle.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution