Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 10 Avril 2008 à 00:00

Publicité à la TV publique: suppression "par étapes" jusqu'à fin 2011

La commission Copé sur "la nouvelle télévision publique" a présenté mercredi la première ébauche de son projet, marquée par une suppression "par étape" de la publicité en trois ans (2009-2011).

"On a imaginé un calendrier de suppression de la publicité par étapes", a déclaré le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale Jean-François Copé, qui dirige cette commission de parlementaires et de professionnels, chargée de tracer le portrait de la future télévision publique. La commission, qui a déjà préconisé un versement de 150 millions d'euros à France Télévisions pour compenser les pertes de recettes de 2008, recommande un arrêt partiel de la publicité au début de l'année 2009 pour une disparition complète le 30 novembre 2011, quand la France basculera définitivement de l'analogique au numérique.

Mais on ignore les modalités de cette suppression par étape, disparition de la publicité sur toutes les chaînes (France 2, France 3, France 4, France 5, France ô) pour certaines plages horaires (après 20H00 par exemple) ou disparition totale sur une chaîne après l'autre. Lundi, à Cannes, où se tient le marché international des programmes de télévision, la ministre de la Culture et de la Communication Christine Albanel avait estimé que l'on s'orientait "vers une suppression de la publicité sur les chaînes de télévision publiques après 20H00".

Le président Nicolas Sarkozy avait laissé le choix à la commission de se prononcer pour une suppression totale ou partielle au 1er janvier 2009. La décision de la commission sur cette suppression progressive constitue le point majeur du rapport d'étape qu'elle présentera le 16 avril au président Sarkozy. Mais Jean-François Copé est resté évasif sur les solutions de remplacement (nouvelles taxes, augmentation de la redevance) examinées pour remplacer cette perte de recettes, qui représente près de 40% du budget de France Télévisions.

L'intersyndicale de l'audiovisuel public a été entendue mercredi par les ateliers de la commission sur le modèle de développement et le modèle culturel, mais pas par l'atelier sur le modèle économique, qui réfléchit au mode de financement, et Jean-François Téaldi, du SNJ-CGT, s'inquiète des "imprécisions sur le financement. En dehors de ses préconisations sur la publicité, le rapport d'étape abordera le développement, la gouvernance et le modèle économique de la future télévision publique. Il affirmera le caractère "global" de cette télévision, qui, au-delà du bouquet de chaînes premium, devra occuper tous les autres modes de diffusion (numérique terrestre, câble, satellite, ADSL, téléphone mobile et internet), sous l'ombrelle d'une "marque unique".

Le groupe public est invité à développer de nouvelles chaînes thématiques et de nouveaux programmes. Devenu une entreprise unique, il aura a sa tête un PDG dont le mandat coïncidera avec la durée du contrat d'objectifs et de moyens (COM) conclu avec le gouvernement. Favorable à un groupe public "fort", l'intersyndicale s'inquiète en revanche de l'éventuelle disparition des conventions collectives propres à chaque chaîne qui définissent les liens entre les journalistes et leur chaîne.

Consciente de l'ampleur de la tâche, la commission a obtenu un délai supplémentaire pour présenter son rapport final, qui sera remis au chef de l'Etat le 25 juin au lieu du 31 mai. Selon Jean-François Copé, le projet de loi peut être débattu à l'automne et adopté par le parlement avant le 1er janvier 2009.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution